Parlement : l’Assemblée nationale se dote d’un nouveau bureau

12
Parlement : l’Assemblée nationale se dote d’un nouveau bureau
Parlement : l’Assemblée nationale se dote d’un nouveau bureau

Africa-Press – Congo Brazzaville. Le nouveau bureau de la chambre basse du Parlement a été installé, le 16 août, à Brazzaville, au cours de la session inaugurale de la quinzième législature. L’on note la reconduction de quatre membres du bureau sortant, dont le président de l’institution, Isidore Mvouba.

Le renouvellement des instances dirigeantes de l’Assemblée nationale est consécutif aux élections législatives de juillet dernier.

Ainsi, les postes de président, premier vice-président et deuxième vice-président sont revenus respectivement à Isidore Mvouba, Léon Alfred Opimbat et Roland Bouity Viaudo. Fernand Sabaye a fait son entrée en qualité de premier secrétaire alors que Joseph Kignoumbi Kia Mboungou de la Chaîne a été réélu au poste de deuxième secrétaire après avoir battu, par vote, Nicolas Malonga, candidat de l’opposition incarnée par Pascal Tsaty Mabiala. En effet, ce poste revient à l’opposition. Les fonctions de premier et deuxième questeur sont assumées respectivement par Abel Joël Owassa Yoka et Destinée Hermella Doukaga.

53 nouveaux députés font leur entrée à l’hémicycle

La quinzième législature est marquée par l’entrée à l’hémicycle de 53 nouveaux députés, soit 35% de ses effectifs. L’autre fait majeur étant le nombre de femmes élues qui est passé de 11% à 15%. En effet, de 16 femmes lors de la quatorzième législature, le nombre est passé à 22 pendant la législature 2022-2027. « J’exhorte ces nouveaux élus à faire preuve d’adaptation et d’assiduité, en exécutant avec efficacité, efficience et zèle, la charge parlementaire dont nous sommes tous mandataires. Des séminaires de renforcement des capacités seront organisés à l’intention des nouveaux venus, pour qu’ils acquièrent les outils pratiques de la légistique », a annoncé le président réélu.

Isidore Mvouba a également rappelé qu’à l’hémicycle le débat est libre et contradictoire, en évitant toutefois une chambre des boutefeux. Un bon député n’est pas, a-t-il précisé, celui qui prend la parole à tout bout de champ, parfois, dans le désordre et souvent hors sujet. « Le bon député est celui-là même qui intervient en intelligence et en conscience, à l’admiration de ses collègues. Ici triomphe la force de l’argument et non l’argument de la force. Le respect de l’autre est de mise, tout comme est de rigueur le respect de la différence », a-t-il rappelé, précisant qu’il sera « intraitable en matière de respect de la discipline », conformément au règlement intérieur de l’Assemblée nationale.

Des défis à relever

Selon lui, la disponibilité reste l’un des engagements majeurs à accomplir pour la réussite de la quinzième législature. « Il s’agit, au travers de notre action, d’accompagner l’exécutif, en votant la loi et en contrôlant l’action du gouvernement, afin que soient réalisés les projets portant, entre autres, sur l’agriculture au sens large du mot, l’agro-industrie, le tourisme, la promotion immobilière, l’économie numérique, en référence au Programme national de développement (PND). C’est là notre vocation. C’est là notre raison d’être en tant que députés. L’immensité de la tâche qui nous attend requiert de notre part une synergie de pensées, d’efforts et d’actions », a-t-il poursuivi.

Pour lui, le temps est venu pour que des avancées significatives soient enregistrées au niveau de l’Alliance parlementaire congolaise pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle et du Réseau des alliances parlementaires d’Afrique centrale pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Brazzaville, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here