Portrait : coach Rodrick, la balle au bond !

6
Portrait : coach Rodrick, la balle au bond !
Portrait : coach Rodrick, la balle au bond !

Africa-PressCongo Brazzaville. « Passion, art du jeu, formation, travail et discipline », voilà les cinq éléments majeurs de Rodrick Njiomou ! Et il n’y a pas de temps mort dans le match de son joli parcours !

Né en 1985 à Yaoundé, au Cameroun, Rodrick Njiomou a grandi au sud ouest de ce pays, plus précisément à Kumba, seconde ville la plus peuplée du Cameroun anglophone, dans le département de la Mémé. « Mon père avait été soldat pour l’armée américaine puis pour l’armée camerounaise. La famille le suivait comme au pas militaire, alors nous sommes retournés à Yaoundé lorsque mon père a été muté au ministère de la Défense. Nous vivions dans un camp militaire éloigné des écoles anglophones. J’ai donc rejoint les bancs de l’’école française jusqu’en classe de seconde », se rappelle Rodrick.

Le jeune lycéen obtiendra plus tard son baccalauréat dans la ville balnéaire de Limbé, entre mer et montagne, une ville réputée pour ses plages de sable noir. C’est à Dschang, ville historique et universitaire située en pays Bamiléké, qu’il termine ses études et obtient une licence de droit. Voilà pour les périples de Rodrick et les cartes postales de la République du Cameroun.

Comme son père, Rodrick aimerait aussi servir l’armée américaine. Alors il prend son sac, s’envole à Accra, au Ghana, à la Regional maritime university et en ressort avec le diplôme international Safety management avant un retour sur sa terre natale. De quoi pendant deux ans et démi sillonner les océans jusqu’à trouver, à la fin de son contrat, son port d’attache à Pointe-Noire. « Mon histoire d’amour avec le basketball congolais a commencé en 2016, à l’hôtel Elaïs, où se déroulait un stage de jeunes basketteurs. Leur coach était absent, je l’ai remplacé comme cela à la volée, sans demander d’argent, juste en prenant la balle au bond car j’aime bien encadrer les enfants, leur transmettre ma passion et les valeurs du sport. Le directeur des activités culturelles et sportives a voulu que je sois leur coach. De trente-cinq enfants, on est passé à un effectif de cent cinquante et c’est comme cela que je me suis fait un nom », dit Rodrick avec un large sourire.

Une année plus tard, il est demandé à Rodrick d’être le Head coach du club Black Lions de Pointe-Noire : « Le club était non seulement en difficulté financière et administrative mais il l’était aussi au niveau sportif. A mi-championnat, chacune des équipes du club était engluée en bas de classement de leur catégorie. Il y avait un déficit autant tactique que technique et physique. Il manquait The art of the game comme on dit aux Etats-Unis, j’avais à reprendre tous les fondamentaux ».

Les résultats lui donnent immédiatement raison : les cadets remportent leur championnat régional, les juniors terminent 4e et les séniors 2e, s’inclinant en finale contre les tenants du titre. Hélas, le championnat national dont rêve le club n’aura pas lieu cette année là pour diverses obscures raisons. Si les équipes de Black Lions survolent leurs championnats l’année suivante, coach Rodrick décide cependant d’imposer sa griffe personnelle en fondant, avec de nombreux amis, Hoops Basketball Academy.

L’Académie est un succès. Soutenue par des bourses venues du Canada, des Etats-Unis, d’Australie, de France, d’Italie ou encore de Grèce, elle forme de jeunes basketteurs, mettant à leur disposition des bourses de sport. Cyr Malonga, venu de Fond Tié-Tié et qui poursuit sa formation aux Etats-Unis, est l’une des découvertes de coach Rodrick et un talent classé dans le ranking des meilleurs joueurs High School, très courtisé par de nombreux clubs américains pour être drafté la saison prochaine en NBA. Félicitations coach !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here