Agent immobilier : trop d’amateurisme tue le métier

0
Agent immobilier : trop d'amateurisme tue le métier
Agent immobilier : trop d'amateurisme tue le métier

Africa-Press – Congo Brazzaville. L’agent immobilier, communément appelé au Congo « démarcheur », est un titre que s’attribue maintenant toute personne capable de renseigner sur une adresse d’une maison à louer. Il suffit de placer un petit tableau présentant des informations sur les maisons en location accompagnées d’un contact pour que tout soit fait.

Lorsque l’on assiste à une scène où quelqu’un est pris à partie par un groupe de six personnes pour des raisons d’escroquerie, du fait que celui-ci avait encaissé une certaine somme d’argent tout en fournissant des fausses informations à un couple qui était à la recherche d’une maison à louer, l’on devient septique face à la crédibilité de tout “démarcheur”. Malheureusement, ce genre de situations est récurrent un peu partout. D’autant plus que beaucoup de gens ont fait de cette activité tout un business, seulement le manque de réglementation pose problème.

Le principe voudrait que la personne qui s’intéresse à une maison que lui propose le démarcheur paie un mois de plus après avoir versé sa caution. Et ce mois reviendra au démarcheur. En tout cas, c’est la logique des démarcheurs. « Nous les démarcheurs, nous prenons le mois de plus, c’est-à-dire que si le logeur demande deux mois, lorsque nous lui emmenons le client, ce dernier paiera trois mois. Deux mois pour le logeur et un mois pour nous les démarcheurs », confirme Nesmy, sans compter un autre versement qui doit se faire avant, « ça s’appelle la visite. Avant que le client ne prenne la maison, il doit au préalable la visiter. C’est moyennant cinq mille francs discutables », a-t-il ajouté. Ça s’appelle les commissions du démarcheur qui est aussi appelé courtier.

Le paradoxe intervient lorsque la population ou les clients sont confrontés à des cas d’escroquerie. Comme celui cité un peu plus haut où le démarcheur assure le client de la disponibilité de la maison et de l’état normal de la maison. Après avoir payé la somme de la visite et même le mois supplémentaire qui revient au démarcheur, arrivé sur place, quelquefois le client se rend compte que soit la maison est déjà prise, soit la maison est dans un état qui n’a rien à avoir avec ce que lui disait le courtier. « Mais ce n’est pas possible, je lui ai déjà donné ce qu’ils appellent droit de démarcheur, mais arrivé là-bas, la maison n’a rien à avoir avec ce qu’il me disait, et il refuse de me rembourser. Sous prétexte qu’il me trouvera une autre maison. Seulement, je ne sais quand… là je suis dans l’urgence », a déclaré un monsieur que nous avons abordé, se plaignant du comportement d’un démarcheur.

Des cas similaires sont aussi observés, c’est-à-dire que pour la même maison, certains prennent les commissions de deux ou trois clients. C’est le plus rapide de ces derniers qui aura la maison. Pour les autres, la suite déterminera leur sort. « Oui, il y en a qui font cela, mais ce sont des escrocs. Un vrai démarcheur ne fera jamais ça. Puisque c’est son business qui lui permet de vivre », dit Josias, un démarcheur qui répondait à un monsieur qui se plaignait du fait qu’il voulait occuper une maison. Et, le jour où il s’est rendu avec son démarcheur pour rencontrer le propriétaire de la maison, ils ont trouvé une dame menaçant le propriétaire parce qu’il avait déjà pris la caution d’une autre personne en complicité avec un courtier.

Cacophonie ou quiproquo, la situation reste confuse. Notons tout de même que ce secteur devrait être réglementé et suivi de près pour éviter des bavures et des accusations de ce genre, et pour prévenir le pire un jour.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Brazzaville, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here