Éolien offshore : la France tourne en rond

5
Éolien offshore : la France tourne en rond
Éolien offshore : la France tourne en rond

Africa-PressCongo Brazzaville. Alors que partout, les éoliennes pullulent en mer, la France, royaume du nucléaire, est loin de réaliser ses promesses en matière d’éolien offshore. On compte 5 000 éoliennes offshore en Europe, une seule française – et encore, elle est utilisée à des fins de recherche. Atteindre les 10 GW promis à l’horizon 2035 ne se fera pas sans controverse.

La France possède la deuxième plus grande zone maritime au monde après les États-Unis. Avec des vents marins qui soufflent jusqu’à 170 km/h lors des tempêtes, c’est un potentiel quasiment inexploité. Seule FloatGen, éolienne expérimentale près du Croisic, flotte au large. Elle produit à peu près la consommation des 3 000 à 4 000 habitants de la ville. D’autres projets sortent de terre, notamment les 80 éoliennes du parc de Saint-Nazaire.

La révolte des pêcheurs

Mais pour les pêcheurs qui n’auront plus le droit de naviguer parmi les éoliennes, et qui craignent des dégâts irréversibles sur la biodiversité, c’est une attaque contre leur métier. Manifestation en mer, à terre, plaintes devant les tribunaux européens, les pêcheurs français s’unissent.

Un juste milieu

Et si on arrivait à faire de ces parcs un abri pour la biodiversité : des zones sans pêche où les poissons peuvent venir se nourrir et se reproduire ? Pour Gilles Lecaillon, de l’entreprise Ecocean, éolienne offshore et vie marine peuvent aller de pair, hypothèse qu’il teste avec BOB, la bouée d’observation de biodiversité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here