L’art et la manière : Être sur son 31, le 31

4
L'art et la manière : Être sur son 31, le 31
L'art et la manière : Être sur son 31, le 31

Africa-Press – Congo Brazzaville. Bien que l’expression n’en tire pas son origine, le 31 décembre, dernier jour de l’an, est l’occasion idéale de revêtir des vêtements de fête, vêtements de joie, pour conclure dans la gaieté l’année qui s’en va et recevoir en joie celle qui vient.

Il est de sensibilité humaine d’effectuer la transition du 31 décembre au 1er janvier entouré des personnes qui comptent, des personnes que l’on chérit. Qu’il s’agisse d’un réveillon en famille ou d’un réveillon en entreprise, le point d’honneur étant à la célébration pour la vie qui a été préservée, pour la santé, pour les réussites et pour ce passage en lui-même, plusieurs conviennent que le moment est digne d’être marqué.

Le vêtement faisant partie intégrante de toute célébration, la transition du 31 au 1er, en cette symbolique d’achèvement et de renouveau, mobilise encore plus d’attention pour ceux et celles qui célèbrent la vie dans ses sensibilités, les plus subtiles. Certains organisateurs de soirée proposent à leurs invités un code vestimentaire précis, selon un thème choisi pour la transition. Si le choix est laissé libre aux invités de se montrer comme ils le ressentent, il n’en demeure que le vivre-ensemble et l’étiquette posent des jalons vestimentaires.

La célébration se déroulant en soirée, selon qu’il s’agisse d’une soirée dansante avec ou sans dîner, en intérieur, la tenue de soirée sera de mise. Si les femmes ont un choix de couleurs sur leurs robes courtes ou longues selon les préférences, les hommes voient leur palette de couleurs réduite à des couleurs sobres et neutres pour rehausser la présence des dames qui font leur compagnie et… leur honneur.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Brazzaville, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here