le collectif des enseignants communautaires salue le quota de 3300 alloué au titre de 2024

2
le collectif des enseignants communautaires salue le quota de 3300 alloué au titre de 2024
le collectif des enseignants communautaires salue le quota de 3300 alloué au titre de 2024

Africa-Press – Congo Brazzaville. Le collectif des enseignants communautaires actifs du Congo (CECAC) a salué le 15 juin à Brazzaville, la décision prise par le gouvernement au du conseil des ministres du 7 du mois en cours, d’allouer le quota de 3300 pour le recrutement des pédagogues à la fonction publique.

« Nous constatons avec bonheur la prise en compte de nos désidératas par le Chef de l’Etat et son gouvernement, lors du conseil des ministres du 7 juin 2024, nous sollicitant sa participation active dans la commission de traitement du quota », a indiqué dans une déclaration le porte-parole du CECAC Fabrice Mankankani.

Ce regroupement des enseignants a en outre réclamé l’ouverture d’un guichet unique de traitement du quota, afin de barrer la voix à certains cadres du ministère de l’Enseignement préscolaire, primaire, secondaire et de l’alphabétisation, des syndicalistes véreux qui, devenus fonctionnaires vendent des places à certains personnes moyennant des sommes d’argent, au détriment des ayant droits.

Saluant l’implication du Président de la République Denis Sassou N’Guesso au paiement de la tranche boursière des enseignants communautaires du premier trimestre de l’année en cours, ce conformément aux engagements pris en conseil des ministres du 7 octobre 2023, cette plateforme a toutefois déploré le retard dans lequel celle-ci s’effectue.

Cette manière de faire, continue de maintenir dans la précarité cette frange d’éducateurs, surtout en cette période de vacances, dans la mesure où certains collègues, évoluant dans le département de Pointe-Noire, n’ont perçu qu’un mois et demi de bourse, a-t-il fait savoir, sollicitant de ce fait la régularisation de la situation dans un délai imparti, pour éviter la discrimination.

Les enseignants communautaires ont également revendiqué le paiement de la boursière des mois d’avril, mai juin, aussi de diligenter le processus de celle des mois de juillet, août et septembre 2024, question d’éviter les arriérés d’une part et le bon déroulement de la rentrée des classes comptant pour l’année 2024-2025 d’autre part.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Brazzaville, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here