Sport : quand et pourquoi s’étirer ?

2
Sport : quand et pourquoi s’étirer ?
Sport : quand et pourquoi s’étirer ?

Africa-Press – Congo Brazzaville. Comme le chat ou le chien qui s’étire parfois de façon langoureuse, le sportif ressent aussi le besoin de s’étirer. Le sujet apparaît toutefois très discuté, entre le pourquoi du comment et le meilleur moment, avant ou après une séance. Tentative d’éclaircissement.

Une première règle : un étirement ne doit jamais être réalisé à froid, au risque d’occasionner des blessures ou des micro-lésions. Ce qui signifie qu’il est préférable de s’étirer après un échauffement soigneux et progressif ou après la séance ou toute autre compétition. Dans tous les cas, préférez des échauffements dynamiques. Autrement dit, comme il l’est précisé sur le site du Centre sportif de l’Université du Québec à Montréal (Uqam) : qui « implique un mouvement, une contraction d’un muscle et un étirement de son antagoniste ». Ou muscle opposé. « Contrairement à l’étirement statique qui étire le muscle lentement et longuement, l’étirement dynamique est de courte durée. »

Pour autant, les étirements statiques ne sont pas bannis. Selon l’Uqam, ils permettent de maintenir sinon d’augmenter « la flexibilité articulo-musculaire ». De nombreux spécialistes préfèrent, d’ailleurs, employer le terme « assouplissement ». En effet, comme l’explique Michel Delore dans son ouvrage sur le running, dans des disciplines comme la course à pied, le cyclisme, le roller ou la marche, « les muscles des membres inférieurs travaillent en compression. Il arrive donc à un moment donné où il faut les remettre en place. Et là, il convient de parler d’assouplissement. Sinon, les muscles vont se rétrécir, d’où une foulée moins efficace et des risques d’accidents musculaires ». Dans tous les cas, n’hésitez pas à interroger votre médecin.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Brazzaville, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here