Musée de Gungu parti en fumé, son directeur en appelle à l’intervention de Félix Tshisekedi

13
Musée de Gungu parti en fumé, son directeur en appelle à l’intervention de Félix Tshisekedi
Musée de Gungu parti en fumé, son directeur en appelle à l’intervention de Félix Tshisekedi

Africa-Press – Congo Kinshasa. L’actualité culturelle congolaise est toujours marquée par l’incendie du musée de Gungu. Plus de 20 000 pièces parties en fumée. Leur valeur estimée à plus de 20 millions de dollars, selon ses dirigeants. Fierté culturelle et incontournable étape du festival de Gungu, ce musée privé est au cœur des conversations. Politiques, culturels et citoyen lambda s’en émeuvent. Aristote Kubala a répondu aux questions de ACTUALITE.CD

« Des explosifs sont à l’origine de cet incendie. J’attends toujours l’assistance de la police de Gungu. Il y’avait plus de 25 000 pièces dont 85% d’arts anciens. J’ai défendu l’Afrique centrale dans certaines rencontres internationales pour défendre ses œuvres. C’est un patrimoine mondial. C’est un évènement », dit-il l’air perdu.

Sans l’appui du pays, ce musée vivotait depuis quelques années. Il fallait une intervention extérieure pour le maintenir.

« Le bâtiment était financé par le Royaume de Belgique. 35 000 USD ont été déboursés à cet effet sur une étendue de 20 mètres sur 9. Il a eu aussi l’appui des Pays-Bas pour la lumière, les anti foudres, le froid, etc. »

Les pertes sont immenses, mais l’histoire du Musé de Gungu n’est pas sans doute pas encore finie.

« Hormis les pièces d’une grande valeur. J’ai tout perdu comme archives. J’ai perdu aussi plus de 17 000 USD en liquide dans mon bureau. Quelques pièces en métal peuvent être retrouvés. Il y a environ 2000 pièces à reconstituer (…). Ce musée est parti. Je demande une intervention du président de la République, mais aussi des chancelleries internationales et des partenaires comme l’UNESCO. Il faut sauver ce qui peut encore être sauvé ».

La RDC préside l’Union africaine cette année et le thème annuel est Arts, culture et patrimoine.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Kinshasa, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here