COP26: RDC, pays poumon mais très vulnérable

6
COP26: RDC, pays poumon mais très vulnérable
COP26: RDC, pays poumon mais très vulnérable

Africa-Press – Congo Kinshasa. La COP26 a commencé hier Glasgow, en Ecosse, en espérant que les dirigeants du monde et la société civile présents à cette conférence des Nations-Unies sur le Changement Climatique vont conclure sur un accord qui va permettre la réduction des gaz en effet de serre.

Tous les scientifiques sont d’accord que l’Afrique émet moins de gaz à effet de serre, mais c’est le continent le plus vulnérable du monde vu le niveau de son développement et l’inadéquation de son système de développement avec le changement climatique.

En RDC, le réchauffement climatique se voit plus par des inondations, la hausse des températures, surtout pendant la saison des pluies.

Comme conséquence, il y a des inondations avec des impacts negatifs sur l’économie, l’environnement, la société et l’homme, car souvent ces pluies diluviennes emportent des habitations des gens, effessements ou effondrement des chaussées/routes, débordements des rivières etc.

Du coup il y a trop des sinistres et des sinistrés que l’Etat n’arrive pas souvent à prendre en charge ou à gérer.

Ce que nous attendons de ce COP26 est que les principaux pays ou régions polueurs puissent s’engager à verser des subsides pour qu’on puisse remédier à ce défi mondial ensemble. Verser des fonds verts ou financer des eco-projets dans les pays poumons du monde, tels que le Brésil, la RDC et l’Indonésie, ce qui va permettre à ces pays de conserver leurs grandes forêts, qui jouent un grand rôle du poumon mondial dans la réduction de gaz à effets de serre.

Ces financement peuvent aider à promouvoir une éducation verte dans ces pays, la distribution gratuite des réchauds à gaz et le gaz pour la cuisson, équiper et bien payer les eco-gardes, le reboisement et mettre en place un Centre technique d’étude de réduction des risques Climatiques

Par exemple, en RDC comme la société nationale d’électricité est disfonctionnelle, c’est seulement 20% de la population qui a accès à l’électricité, et sans compter les délestages journaliers, du coup pour faire la cuisson, la majorité des familles, des usines, surtout les boulangeries, utilisent les bois de chauffage et la braise. Ajouter à celà, c’est chaque jour que les bois des forêts de la RDC sont coupés pour être acheminés en Chine, l’un de grand pays polueur , pour alimenter leur industrie d’ébénisterie.

Si cette situation continue comme ça, avec la démographie galopante, le manque d’emplois pour la majorité des jeunes, d’ici 30 ans nous allons assister à la disparition de la grande forêt de la RDC.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Kinshasa, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here