Les Etats-Unis craignent la montée de la Chine en Afrique : Pourquoi ?

3
Les Etats-Unis craignent la montée de la Chine en Afrique : Pourquoi ?
Les Etats-Unis craignent la montée de la Chine en Afrique : Pourquoi ?

Anouar CHENNOUFI

Africa-Press – Congo Kinshasa. Alors que la crise russo-ukrainienne attire l’attention de la communauté internationale avec ses différents segments, la concurrence sino-américaine sur le continent africain s’est considérablement intensifiée depuis le début de l’année 2022, en particulier après le succès de Pékin à réaliser des percées continues sur le continent africain, conduisant à la consolidation d’un partenariat solide avec l’Afrique du Sud et que, selon des prévisions annoncées récemment, le volume des exportations sud-africaines vers la Chine au cours de la période 2023-2025 atteindrait une valeur de 100 milliards de dollars.

C’est pourquoi nous revenons ici sur la raison pour laquelle les États-Unis concentrent leur attention sur la montée en puissance de la République populaire de Chine sur le Continent africain, malgré l’absence apparente américaine d’activer de véritables partenariats avec la plupart des pays africains, notamment depuis l’accession au pouvoir de l’ancien président américain Donald Trump.

Pourquoi donc cette crainte ?

Il faut d’abord reconnaître que l’implication croissante de la Chine dans les affaires des pays africains fait l’objet de discussions animées dans les médias occidentaux depuis des années, et a été dominée par une sorte de « flou » de peur et d’anxiété à la lumière des capacités et des fortes implications géopolitiques de ces relations.

A noter qu’à Nairobi, connue pour être la porte d’entrée du commerce et de la technologie en Afrique de l’Est, la présence chinoise est remarquée partout.

Et malgré les critiques actuelles de l’implication néocoloniale à travers le continent africain, la communauté chinoise croissante au Kenya a été assimilée à la population locale.

Autre fait constaté et qui n’est pas de moindre importance, « les cas de mariages mixtes sino-africains » qui sont en augmentation sensible, ce qui réfute l’hypothèse raciste courante selon laquelle les Chinois d’outre-mer préfèrent résister à l’assimilation et rester dans leurs communautés isolées. Mais les États-Unis n’ont peut-être pas été principalement préoccupés par la montée soudaine de la Chine, mais plutôt par sa douce puissance.

Nous rapportant ici une déduction faite à ce sujet par le Directeur du projet Moyen-Orient-Asie à l’Université américaine, J. Calabrese, qui a révélé ceci « Pendant des décennies, la politique africaine des États-Unis a reflété deux considérations principales :
• une obsession pour la Chine
• et une indulgence dans la lutte contre l’extrémisme violent à travers le Sahel ».

D’un certain point de vue africain, dit-il, l’implication de la Chine pourrait être beaucoup plus cohérente et favorable que celle des puissances occidentales traditionnelles.

Les Etats-Unis « tentent » mais pas autant que la Chine en Afrique

Le silence notable depuis que Biden a annoncé le programme de développement mondial connu sous le nom de « Build Back Better » (Reconstruire mieux), souligne une perception panafricaine du déclin américain à travers le continent africain, a fait savoir Josh Maiyo, maître de conférences sur la politique sino-africaine à l’Université internationale des États-Unis à Nairobi.

« Dans le passé, la visite d’un chef d’État américain majeur était un gros problème. Et lorsque le secrétaire Blinken a effectué sa première tournée en Afrique l’année dernière, cela a suscité très peu d’intérêt », a-t-il laissé entendre.

De son côté, J. Calabrese a déclaré également que « Les États-Unis ont toujours échoué à suivre l’agenda avec des plans grandioses ou ambitieux à travers l’Afrique, et il n’y a pas eu de mouvement majeur depuis le lancement de l’initiative Build Back Better de Biden.

Il a noté entre-autres que « si les États-Unis exerçaient un leadership et utilisaient leur pouvoir traditionnel pour concevoir de nouvelles approches multilatérales et revitaliser la liste, peut-être que leur réputation tiendrait sur le terrain en Afrique. »


L’ancien président US Donald Trump avec le Président chinois Xi Jinping

Remarque importante : Les années Trump étaient complètement silencieuses au sujet de l’Afrique ; pour le meilleur ou pour le pire, mais elles regorgeaient de commentaires quant aux mouvements de la Chine sur le Continent africain.

“L’Afrique peut désormais choisir les puissances avec lesquelles elle s’associe et avec qui elle fait des affaires. La relation stéréotypée et coloniale d’autrefois commence à s’éroder. Nous voulons de nouvelles relations qui reflètent les relations mutuelles et gagnant-gagnant que la Chine offre en retour, ce qui inquiète l’Occident », indique Efem Ubi, professeur agrégé et directeur de recherche à l’Institut nigérian des affaires internationales.

Pari gagné pour les entreprises privées chinoises en Afrique

Tout laisse à confirmer que les relations officielles entre les pays ont dominé les relations entre la Chine et les pays africains, notamment en ce qui concerne le développement des infrastructures. En tout cas, le secteur privé chinois opère en Afrique d’une manière distincte des secteurs privés en Europe et en Amérique du Nord, et le premier exerce une influence distincte sur la transformation économique du continent.

Pour être clair, les détails spécifiques du secteur privé chinois dans les pays africains particuliers varient et sont principalement liés à la structure économique du pays, à sa dynamique d’économie politique et aux caractéristiques et capacités du secteur privé dans le pays d’accueil.

Investissement chinois en Afrique

Les investissements directs chinois en Afrique ont augmenté depuis 2000 de plus de 25 % par an. Entre 2017 et 2020, la Chine était le premier investisseur en Afrique en termes d’emplois et de capitaux, et le troisième en termes de nombre de projets. Durant ces trois années, 20% des capitaux affluant vers l’Afrique provenaient de la seule Chine. Sachant que la Chine vient toujours après l’Europe et les États-Unis en termes d’investissements directs étrangers totaux en raison du retard de ses liens historiques avec l’Afrique par rapport à eux.

On peut donc en déduire que la Chine a atteint cette position dominante malgré le fait qu’elle n’ait aucun lien historique, linguistique ou géographique par rapport aux États-Unis, au Royaume-Uni et à la France.

Certes, il n’y a pas d’informations précises et à jour sur l’orientation sectorielle des investissements chinois en Afrique, mais il semble qu’elles se concentrent principalement sur les infrastructures de transport, les extraits naturels, la fabrication, les services, la construction et l’immobilier.

Les américains se demandent « Comment les entreprises privées chinoises ont-elles réussi en Afrique ? »

Dans ce conteste, nous pensons que la première chose est la proximité économique de la Chine (et du sud global) avec l’Afrique. La Chine était dans une situation économique similaire que l’Afrique, il n’y a pas si longtemps, et cela semble être une traduction de la façon dont le secteur privé fonctionne en Afrique :

• Le premier facteur est que ce secteur est soumis à l’informalité en Afrique. L’économie informelle représente environ 80,8% des emplois et constitue le pilier de l’activité économique en particulier dans les zones urbaines. Cela signifie que la négociation des contrats, la création d’entreprise, le contrôle des performances, les stratégies d’entrée sur le marché, etc., se font dans une culture dominée par « l’informalité ».

• Le second facteur est l’approche unique des acteurs du secteur privé chinois face au risque. Non seulement ils sont enclins à prendre des risques en faisant des affaires en Afrique, mais ils semblent être plus sensibles au marché.

Les entreprises du secteur privé chinois ont également des avantages dans l’allocation des facteurs de production et peuvent contrôler efficacement les coûts et les risques d’innovation, ce qui se traduit finalement par une plus grande flexibilité dans les investissements et les opérations.

Déductions faites

En conclusion, compte tenu de la faible sensibilité des investissements chinois aux droits de propriété et à l’environnement de l’état de droit, les soldes des investissements chinois dans les pays de « bonne gouvernance » et de « mauvaise gouvernance » sont similaires en Afrique.

En plus, contrairement aux récits selon lesquels les entreprises chinoises opérant en Afrique sont souvent dirigées ou financées par l’État, la majorité de ces entreprises chinoises sont privées et très peu reçoivent un soutien financier du gouvernement chinois. En 2019, les entreprises privées chinoises étaient responsables de plus de 70 % des investissements chinois en Afrique en termes de volume et de valeur, et numériquement, 90 % des entreprises chinoises en Afrique appartenaient au secteur privé.

Par ailleurs, le modèle d’engagement chinois sur le continent a évolué pour être plus motivé par le commerce que par l’investissement, autrement dit, passer de « aller en Afrique » à « se stabiliser en Afrique », et à « étendre ses racines en Afrique ».

C’est pourquoi les investissements chinois en Afrique sont principalement axés sur le marché et non sur l’exportation. Quelle serait donc l’option à choisir par Joe Biden pour ne pas laisser les Chinois faire ce qu’ils veulent en Afrique ?

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Kinshasa, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here