La RDC tient à revoir cette année le contrat minier de 6 milliards USD avec la Chine

7
La RDC tient à revoir cette année le contrat minier de 6 milliards USD avec la Chine
La RDC tient à revoir cette année le contrat minier de 6 milliards USD avec la Chine

Africa-Press – Congo Kinshasa. La République démocratique du Congo s’attend à conclure un accord sur la révision de 6 milliards de dollars d’un accord d’infrastructure contre les minéraux avec des investisseurs chinois cette année, a déclaré le ministre des Finances Nicolas Kazadi à Reuters dans une interview.

Le gouvernement est en pourparlers actifs avec des représentants de Sicomines, une coentreprise de cobalt et de cuivre avec des entreprises publiques chinoises, ainsi qu’avec l’ énorme mine de cuivre et de cobalt de Tenke Fungurume (TFM) de CMOC Group Ltd (603993.SS) , a déclaré Kazadi via liaison vidéo depuis le Forum économique mondial de Davos, en Suisse.

« Il est important pour nous d’avoir un accord clair car c’est ce dont nous disposons maintenant pour financer notre développement », a-t-il déclaré.

Le gouvernement du président Félix Tshisekedi a réexaminé un accord conclu en 2007 par son prédécesseur Joseph Kabila en vertu duquel Sinohydro Corp (SINOH.UL) et China Railway Group Limited ont convenu de construire des routes et des hôpitaux en échange d’une participation de 68 % dans l’entreprise Sicomines ainsi qu’un contrat de 2008 avec CMOC.

« Nous avons déjà un cadre, nous avons des éléments clés de changement que nous voulons apporter dans cet accord », a déclaré Kazadi à propos de Sicomines, bien qu’il ait refusé de fournir plus de détails.

S’exprimant sur les défis du vaste secteur minier à petite échelle du Congo, Kazadi a déclaré qu’une coentreprise récemment annoncée avec les Émirats arabes unis, conçue pour mettre fin au mouvement illicite de métaux précieux en provenance du pays, changeait la donne.

« En seulement cinq jours, ils ont réussi à brûler et à exporter 27 kilogrammes », a déclaré Kazadi, parlant de la coentreprise détenue à 55% par les Émirats arabes unis, le reste étant détenu par Kinshasa.

Les pays le long de la frontière orientale du Congo ont longtemps été des conduits pour de l’or d’une valeur de milliards de dollars extrait à l’aide de moyens rudimentaires par des mineurs dits « artisanaux ».

« Cela va complètement changer la situation au Rwanda, et c’est l’une des raisons pour lesquelles le Rwanda est absolument en colère contre nous, ils nous combattent – c’est la réalité », a déclaré Kazadi.

À la fin de l’année dernière, les combats se sont intensifiés dans l’est du Congo entre l’armée congolaise et le groupe rebelle M23, provoquant une rupture diplomatique entre les deux nations, le Congo accusant le Rwanda voisin de soutenir le M23, ce que Kigali nie.

Le conflit a également touché les finances du Congo, les dépenses d’urgence en 2022 représentant jusqu’à 12 % des dépenses totales du gouvernement et dépassant le seuil de 10 % pour la première fois depuis des années, a déclaré Kazadi.

Interrogé sur les inquiétudes soulevées par le Fonds monétaire international concernant l’augmentation des dépenses d’urgence du Congo, Kazadi a déclaré que le pays avait « beaucoup de dépenses liées à la guerre et au FMI, ils le savent ».

Le gouvernement de Kinshasa prévoit également de parvenir à « un accord d’ici avril » sur un financement pouvant atteindre 1 milliard de dollars du Resilience and Sustainability Trust (RST) du FMI.

« Nous travaillons avec le FMI pour trouver un bon programme avec de bons objectifs », a déclaré Kazadi, ajoutant que la facilité de prêt pour la préparation au climat et à la pandémie devrait cibler la forêt tropicale, l’eau et l’énergie. Le Congo, a-t-il dit, étudie également la possibilité de postuler au guichet des chocs alimentaires du FMI, un programme de financement d’urgence que le prêteur basé à Washington a lancé l’année dernière pour aider les pays confrontés à des chocs des prix alimentaires après l’invasion russe en Ukraine. Kinshasa vise à avoir accès à 200 à 300 millions de dollars.

Le Congo est également en pourparlers avec ses conseillers financiers sur la possibilité d’exploiter les marchés internationaux de la dette, en particulier l’émission de dette liée aux efforts de préservation de la forêt tropicale – les soi-disant obligations vertes.

« Nous voulions le faire l’année dernière, mais c’était trop tôt. Cette année, je pense qu’une initiative sortira », a déclaré Kazadi.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Kinshasa, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here