L’absence de l’application des mesures fiscales à la base de la faible mobilisation des recettes (ODEP)

2
L’absence de l’application des mesures fiscales à la base de la faible mobilisation des recettes (ODEP)
L’absence de l’application des mesures fiscales à la base de la faible mobilisation des recettes (ODEP)

Africa-PressCongo Kinshasa. La faible mobilisation des recettes de l’Etat durant le premier trimestre 2021 ne cesse d’inquiéter les acteurs de la Société civile, notamment ceux de l’Observatoire de la dépense publique (ODEP). Dans un communiqué publié le 1er avril 2021, l’ODEP se dit indigné de la manière dont les mesures fiscales mises en place sont bafouées.

Depuis la fin de la coalition Front commun pour le Congo (FCC) dont l’ancien président Joseph Kabila est l’autorité morale, et le Cap pour le changement (Cash) de Félix Tshisekedi, s’inquiète l’ODEP, la République démocratique du Congo totalise quatre mois sans conseil des Ministres. Dans le tableau dressé par l’ODEP, il est fait état de la démission du gouvernement. Cette structure spécialiste des questions de finances publiques ne note aucune orientation de l’action gouvernementale et constate que tous les investissements sont à l’arrêt. Ce qui fait que le pays peine à mobiliser les recettes publiques projetées dans la loi de finances de 2021.

Le communiqué de l’ODEP note que depuis janvier 2021, un déficit mensuel de 14 millions USD est enregistré. Comme si cela ne suffisait pas, l’Etat mobilise à peine 530,6 milliards de CDF (256 millions USD) et avec des dépenses d’environ 560,1 milliards CDF (270 millions USD) par mois, sur une trajectoire prévisionnelle de 546 millions USD.

« La situation se justifie par le fait que les ministres censés mettre en œuvre les mesures d’encadrement des recettes sont démissionnaires. Il n’y a aucun suivi. Les régies financières et les services d’assiettes travaillent comme des électrons libres. Aucune réforme fiscale n’est envisagée depuis 2019. Avec ce tableau sombre, la RDC ne peut pas prétendre mobiliser plus de 3,5 milliards USD cette année. Le malheur est que 2,5 milliards USD de recettes fiscales seront utilisés pour les rémunérations, comme en 2020. Le gouvernement a recours aux réserves de change pour payer certains besoins. L’opération des bons du trésor, censée couvrir le déficit budgétaire, n’apporte plus grand chose, faute des soumissionnaires. Tout se passe dans un contexte politique délétère », renseigne l’ODEP.

Signalons par ailleurs que la situation actuelle des finances publiques en RDC semble préoccuper les autorités de l’Etat au point que celles-ci ne cessent de promettre l’amélioration de la situation, grâce à certaines nouvelles stratégies mises en place.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here