Attentat Kasindi : le parti de Muzito exige une enquête et le départ des armées étrangères

1
Attentat Kasindi : le parti de Muzito exige une enquête et le départ des armées étrangères
Attentat Kasindi : le parti de Muzito exige une enquête et le départ des armées étrangères

Africa-Press – Congo Kinshasa. Nouvel Élan d’Adolphe Muzito exige une enquête pour déterminer les responsabilités sur l’origine de l’attentat à la bombe perpétré dimanche 15 janvier à Kasindi, au Nord-Kivu.

Tout en condamnant cet acte terroriste, le porte-parole du parti, Albert Mukulubundu a, dans une déclaration, rappelé que toutes les mesures prises par le régime Tshisekedi contre l’agression dans l’est, ont montré leurs limites.

« Nouvel Élan exige une enquête afin de déterminer les responsabilités des uns et des autres dans ce énième drame survenu à Kasindi et réitère son souhait de mettre fin à la présence des armées étrangères et à l’État de siège. Elle condamne fermement ce crime commis par les terroristes qui sèment la mort des populations civiles dans cette partie de notre pays depuis plus de deux décennies. Nouvel Élan rappelle que toutes les mesures prises par le régime Tshisekedi contre cette guerre d’agression ont montré leurs limites, a-t-il déclaré. »

Au nom d’Adolphe Muzito, l’autorité morale de Nouvel Élan, Mukulubundu a présenté ses condoléances aux familles éplorées.“La direction politique de Nouvel Élan présente ses sincères condoléances à l’Église CEPAC et aux familles des victimes de l’attentat à la bombe qui a causé la mort de plusieurs de ses fidèles dans le territoire de Beni notamment à Kasindi au Nord-Kivu[…]”, a-t-il compati.

Face à l’inefficacité de l’administration Tshisekedi, Nouvel Élan appelle les populations des territoires occupés à s’associer à leurs présidents provinciaux (du Nouvel Élan) pour s’organiser en force d’autodéfense populaire.

A en croire le jeune cadre de l’organisation politique de l’ex-Premier ministre Muzito, l’objectif est de sécuriser et de résister dans leurs territoires respectifs pour barrer la route aux armées de la balkanisation de la RDC.

Il s’agit, selon lui, des armées rwandaise et ougandaise, le M23, la force régionale de la Communauté des États d’Afrique l’est (EAC), les ADF et d’autres groupes terroristes.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Kinshasa, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here