Clash Kabund-GR : signes visibles des mésententes invisibles au sein du Pouvoir [Tribune]

4
Clash Kabund-GR : signes visibles des mésententes invisibles au sein du Pouvoir [Tribune]
Clash Kabund-GR : signes visibles des mésententes invisibles au sein du Pouvoir [Tribune]

Africa-Press – Congo Kinshasa. Certaines têtes auréolées du régime Tshisekedi souffrent-elles du syndrome d’hubris?

La question mérite d’être posée dès lors que les abus, excès et autres attitudes inquiétantes ne cessent d’être notées : soupçons de détournements à hauteur des millions, coup de colère sur fond de « tu sais qui je suis », richesse spontanée, j’en passe…

Si d’usage, les congolais sont habitués aux simagrées des politiques en mode « théâtre de chez nous « , cette fois, ce n’était non du théâtre mais bel et bien un film d’action à la Hollywoodienne.

Oui. PCR improvisé dans ses heures perdues, la deuxième personnalité de l’Assemblée nationale et président du parti au Pouvoir, Jean Marc Kabund a été visité (e) par la Garde Républicaine venue le désarmer hier, mercredi 12 janvier. Ce, après que sa garde ait désarmé, un élément de la GR en service aux côtés d’un membre supposé de la famille biologique du Chef de l’Etat, il s’agirait d’Agnès Tshisekedi, dont la voiture roulait en sens unique sur une artère de Kinshasa.

Ces faits selon des analystes ne sont que des effets, des conséquences des causes évidentes proches comme lointaines dont le laisser-faire accordé à Kabund lors du forcing à la chambre basse du parlement pour rafler la majorité parlementaire mais, surtout, les guerres de Pouvoir entre la hiérarchie de l’UDPS et les sphères politico-familiales du Président Félix Tshisekedi.

Il est avancé par plus d’un que Kabund veut prendre et prend trop de place quitte à se comporter, surtout depuis la création de l’Union Sacrée, devant qui que ce soit comme s’il était non le Vice-président du bureau de l’Assemblee Nationale mais, le Vice-Président de la République Démocratique du Congo. À son compteur, avance-t-on, le maître nageur aurait bien de tristes hauts faits notamment la crevaison de quelques pneus de paisibles citoyens sur les artères de Kinshasa, pour rester sur ce registre. Déjà, ce jeudi une plainte aurait été même déposée par l’une des ses victimes à l’Auditorat Militaire Supérieur par un certain Ombarta Nkoyi.

Après les contradictions de couloir des uns d’avec les autres, le désaveu public de Marcelin Bilomba, le désarmement sous caméra d’un élément de la Garde Républicaine, symbole de la sécurité du Président, de la présidence, alors que ce dernier, selon des recoupements, était commis à la sécurité d’un membre de la famille présidentielle …aura été la goute d’eau qui a fait déborder le vase ou pire la belle occasion pour certains. D’où, y aurait-il eu coup sur coup de la part de la garde prétorienne. Forfaits désormais consommés de part et d’autre, à ce stade, l’opinion là ébahie, ici amusée par devers les réseaux sociaux observent et attend voir si c’est déjà la fin de ce feuilleton désolant ou s’il y aura, à tout hasard, une suite…

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Kinshasa, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here