Condamnation du Rwanda par la communauté internationale: la RDC se contente de la désignation d’un médiateur et privilégie son partenariat avec l’Ouganda

3
Condamnation du Rwanda par la communauté internationale: la RDC se contente de la désignation d'un médiateur et privilégie son partenariat avec l'Ouganda
Condamnation du Rwanda par la communauté internationale: la RDC se contente de la désignation d'un médiateur et privilégie son partenariat avec l'Ouganda

Africa-Press – Congo Kinshasa. La Republique démocratique du Congo n’a jamais cessé de dénoncer l’agression dont elle est victime de la part du Rwanda. Et pourtant, la condamnation de Kigali par la communauté internationale tarde à être obtenue, malgré les preuves brandies par la diplomatie congolaise. Ni l’Union Européenne, ni le Conseil de sécurité des Nations Unies, encore moins l’Union africaine n’ont condamné le Rwanda. Faute des grives, la RDC s’est contentée des merles que représentent la simple désignantion d’un médiateur.

“Le fait qu’un médiateur a été désigné (le président angolais Lourenço) est déjà, selon nous, une condamnation adressée au Rwanda”, a déclaré à Jeune Afrique, le vice-premier ministre, ministre des Affaires étrangères, Christophe Lutundula. Une déclaration en forme d’aveu d’impuissance de la diplomatie congolaise face à une communauté internationale qui semble avoir des opinions figées dans le conflit congolo-rwandais.

Pour Christophe Lutundula, une éventuelle confirmation de la version congolaise par les mécanismes régionaux sera rejetée par le Rwanda qui n’en reconnait pas l’autorité. “Le Rwanda reconnait-il l’autorité de ces mécanismes? Les respecte-t-il? Il me semble que non. A chaque fois qu’il y a un un rapport, même en lien avec le Burundi par exemple, Kigali a émis des réserves, rejeté ses conclusions et parfois même quitté la table de négociation”, a-t-il répondu.

Sur l’implication de l’Ouganda aux côtés du Rwanda et les futures relations congolo-ougandaise, la réponse du ministre des Affaires étrangères se veut diplomatique. La RDC privilégie clairement les opérations menées conjointement avec l’armée ougandaise et la construction de 223 kilometres de routes reliant les deux pays. Il affirme que la RDC ne disposerait pas de tous les éléments indiquant le rôle de Kampala dans la chute de la ville de Bunagana.

“Nous ne le souhaitons pas, parce que nous sommes tout de même en train de construire une route ensemble. Mais nous ne pouvons être aveugles et sourds”, a réagi Lutundula Apala à la question de savoir si la RDC considère l’Ouganda comme un allié du Rwanda.

Clairement, si la communauté internationale tarde à condamner le Rwanda, la diplomatie congolaise souhaite vivement poursuivre son partenariat avec Kampala surtout qu’elle considère les éléments de preuve existants comme insignifiants.

Par ailleurs, il est plus ou moins établi que l’armée ougandaise prendra part à la force régionale de la Communauté d’Afrique de l’Est qui doit être déployée incessamment dans l’Est de la RDC. “Si Kampala joue le jeu de la sincérité”, a dit le vice-priemier ministre et ministre congolais des Affaires étrangères.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Kinshasa, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here