Élections 2023 : « Le Président de la CENI sera prisonnier des politiciens » (JC Katende)

3
Élections 2023 : « Le Président de la CENI sera prisonnier des politiciens » (JC Katende)
Élections 2023 : « Le Président de la CENI sera prisonnier des politiciens » (JC Katende)

Africa-PressCongo Kinshasa. Les mésententes observées ces derniers jours par les confessions religieuses pour la désignation du président de la commission électorale nationale indépendante (CENI) continuent à susciter des réactions dans la classe politique que sociale.

Dans un message rendu public le jeudi 29 juillet sur sa page d’opinions libres, Jean-Claude Katende, Président de l’association africaine des droits de l’homme (Asadho) précise que le Président de la CENI sera prisonnier des politiciens, car selon lui, il devient de plus en plus difficile d’écrire ou de parler, actuellement sur un sujet d’intérêt national, sans que « vous ne soyez catégorisé soit en fonction d’une province, d’une tribu, d’un parti politique, d’une église ou d’un individu. »

« La place pour des penseurs libres devient de plus en plus restreinte dans notre pays. Ce qui fait que beaucoup de Congolais ont choisi la résignation par peur d’être catégorisé, malgré leur bonne foi. Moi, je refuse de me taire face à ce qui se passe dans ce pays, n’en déplaise à ceux qui vont penser que je relaye le message de x ou de y. Je suis un homme totalement libre. Je donnerais toujours mes opinions librement », a-t-on lu dans ce message parcouru par 4pouvoir.cd.

Pour lui, le débat se focalise aujourd’hui sur le futur Président de la CENI, comme si sa désignation va changer quelque chose au processus électoral actuel. « Au regard de la place que la loi organique actuelle lui donne au sein du Bureau de la CENI, le Président sera prisonnier des politiciens. Il est seul au milieu de 6 politiciens (4 de la majorité et 2 de l’opposition) qui vont l’encercler et tout faire pour contrôler les élections. »

A en croire Me Katende et vu tout ce qui précède, toutes les décisions qui seront prises au sein de ce bureau de la CENI aura une tendance politique. Et que ça sera la dictature de la majorité.

Dans un tel contexte, précise-t-il, il ne sera pas le Président de la CENI, mais le porte-parole des politiciens. « Que le Président de la CENI vienne de la CENCO, des Kimbanguistes, de l’ECC, de l’église de réveil ou des orthodoxes, il aura peu de marge pour conduire le processus électoral de manière indépendante », ajouté Katende.

Et de conclure : « Qu’il vienne de l’Est, Ouest, Sud, Nord ou Centre, il sera neutralisé par le système qui est mis en place. Comme solution qu’il donne, c’est obtenir la dépolitisation de la CENI. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here