« Nous avons la capacité et la logistique » de tenir l’état de siège (FARDC)

3
« Nous avons la capacité et la logistique » de tenir l’état de siège (FARDC)
« Nous avons la capacité et la logistique » de tenir l’état de siège (FARDC)

Africa-PressCongo Kinshasa. “Nous voulons contraindre ceux qui sont à la base de l’insécurité (dans l’Est du pays), si pas à se rendre, tout au moins à être neutralisés, et ce, de manière définitive. Nous en avons la capacité et la logistique.

Nous allons y parvenir”, assure le général Léon-Richard Kasonga, porte-parole des Forces armées de la RDC (FARDC), dans une conférence de presse conjointe avec son collègue de la Police nationale congolaise (PNC) organisée par le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya, au lendemain de la signature des ordonnances présidentielles instituant l’état de siège dans les provinces de Nord-Kivu et Ituri.

“Pendant la période concernée, nous allons faire notre travail de tous les jours, cette fois-ci avec une différence, c’est que le commandant militaire gère en même temps la province, mais aussi les troupes, qui sont ses éléments de manœuvre sur le terrain (des opérations). Ces troupes sont sous ses ordres. Il les commande pour le rétablissement de la paix et de l’autorité de l’État”, explique-t-il.

Garantie de respect des lois

“Nous sommes dans l’obligation de respecter les droits de l’homme, le droit international humanitaire et ce qui est spécifique à l’Armée, les règles d’engagement”, rassure le Général Kasonga.

Concrètement, “quand vous avez des rendus ou capturés sur le théâtre des opérations, vous les traitez humainement (…). C’est en cela que nous sommes différents des bandes armées, des groupes terroristes et de tous ceux qui sont à la base de l’insécurité dans l’Est de notre pays”, pointe-t-il.

Seulement, prévient-il, “quiconque pose un acte qui va dans le sens d’empêcher l’armée d’atteindre l’effet final recherché, qui est la paix et la restauration de l’autorité de l’État, va, sûrement, énerver la loi et (celle-ci) va le frapper durement”.

Obligation de résultat

Par ailleurs, le porte-parole des FARDC, indique que l’Armée a “une obligation de résultat. C’est la paix, la tranquillité. Pour y parvenir, c’est vous les faiseurs d’opinion. C’est vous qui allez expliquer à notre population, à notre peuple, la manière dont nous allons procéder, nous comporter”, s’adresse-t-il aux journalistes.

Enfin, “nous allons faire ce travail conformément à l’esprit et à la lettre de 2 ordonnances signées par le Chef de l’État parce que c’est notre cadre juridique”, précise le porte-parole de l’armée congolaise.

C’est ce jeudi 6 mai et pour une période de 30 jours que l’état de siège entre en vigueur sur toute l’étendue des provinces du Nord-Kivu et Ituri en vue d’éradiquer les forces négatives nationales et étrangères (dont l’ADF) qui insécurisent cette région très riches en ressources naturelles, avec des attaques meurtrières répétées.

Les 2 provinces précitées seront, tout le long de l’état de siège administrées par des gouverneurs militaires et des vice-gouverneurs policiers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here