Patrick Muyaya : « la position de la Monusco sur la présence des troupes rwandaise en RDC est maladroite »

1
Patrick Muyaya : « la position de la Monusco sur la présence des troupes rwandaise en RDC est maladroite »
Patrick Muyaya : « la position de la Monusco sur la présence des troupes rwandaise en RDC est maladroite »

Africa-Press – Congo Kinshasa. Questionné sur le doute émis par la Mission d’observation pour la stabilisation en République démocratique du Congo (Monusco) sur la présence des troupes rwandaises, le porte-parole du gouvernement congolais a jugé de maladroite la déclaration de la Monusco.

Le porte-parole du gouvernement espère que la bourde sera vite corrigée pour rétablir la vérité. « C’est une déclaration maladroite. J’espère que madame la représentante du secrétaire général des Nations unies le dira, dans les jours qui viennent, parce que le n°2 de la Force commander de la Monusco avait déclaré le jour qu’on célébrait les casques bleus qu’il y avait des matériels sophistiqués qui étaient utilisés par le M23 », a-t-il fait remarquer. Et de poursuivre, je cite : « Je comprends pourquoi dans les années antérieures, il y a eu toujours cette colère de la population vis-à-vis de la Monusco qui ne se montre pas très prompte à dénoncer le mal lorsque le mal est fait et surtout en occurrence la présence des troupes Rwandaises aux côtés du M23 ».

C’est le Rwanda qui agresse la RDC et soutient les terroristes du M23

« Tout le monde a vu les deux soldats des Forces spéciales rwandaises (RDF) qui ont été arrêtés en République démocratique du Congo. Vous les avez vus avec leurs tenues ainsi que leurs munitions », a rappelé sur France 24 le jeune ministre dont l’éloquence n’a pas manqué d’illustrer l’occupation rwandaise de Bunagana par l’armée rwandaise : « Puisqu’il existe un Mécanisme conjoint de vérification et à travers ce mécanisme, ces deux militaires ont été, en toute liberté, interrogés. Ils ont dit qu’ils étaient en opération spéciale en République démocratique du Congo. Ils devraient attaquer le camp militaire de Rumagabo et ils étaient défaits dans leur tentative par nos forces armées. Ils se sont perdus à 25 km de la frontière. Vous avez vu que le Rwanda dans un communiqué a reconnu que c’était ses militaires et le président Tshisekedi, après avoir rencontré le président Lourenço de l’Angola, a pris la décision de rendre ces militaires. Bien au-delà de ce qui apparaît comme sur le visage parce que c’est imparable. Vous savez tous que nous, nous ne sommes pas belliqueux pour traverser la frontière et aller prendre les militaires rwandais mais il existe aujourd’hui des images de drones et je souhaiterais vivement que la Monusco sorte de son silence et son administration pour qu’elle soit en mesure de dire comment ».

Ainsi, Patrick Muyaya regarde la Mission des Nations unies dans les yeux pour lui dire de ne plus s’empêcher de donner des témoignages sur des faits avérés vécus sur le terrain des opérations militaires. « Cela sera aussi en mémoire des 8 casques bleus qui ont été tués parce que leur hélicoptère a été bombardé par le M23. Au moment où je vous parle il y a deux jours les casques bleus de la Monusco ont encore essuyé des obus et ils le disent que les matériels utilisés par le M23 ( qui je dois le rappeler est un mouvement défait depuis 2013 et désarmé) sont sophistiqués, le matériel de vision nocturne », a fustigé le porte-parole du gouvernement congolais.

Là-dessus, estime-t-il, Kigali ne peut plus se disculper sous des prétextes fallacieux et sans fondements valables : « On ne peut pas continuer à nous mentir parce qu’il y a quelques années, c’était la même rhétorique, c’est pas nous, c’est pas nous et après quand on regarde sur le terrain, les faits attestent le contraire et tout le monde le sait et la Monusco, j’espère qu’elle pourra s’exprimer de manière claire à ce sujet pour que tout le monde puisse en être fixé », a renchéri le ministre.

L’hymne rwandais sur les FDLR ne fonctionne plus

Alors que Kigali dément toutes les accusations formulées contre elle par Kinshasa au sujet notamment de sa participation à la guerre et que le même Rwanda, avec entêtement, accuse la RDC de collaborer avec les rebelles Hutu FDLR, le ministre congolais se veut radicalement hargneux vis-à-vis des contrevérités rwandaises. « Ce qui est bien dommage, depuis l’arrivée aux responsabilités du président Tshisekedi, nous avions mis en place des mécanismes qui nous permettaient, y compris avec le Rwanda, de discuter de ces sujets et de trouver les solutions. Mais malheureusement, le Rwanda a choisi la mauvaise voie », a conclu Patrick Muyaya sur les antennes de Radio France internationale.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Kinshasa, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here