ce que la justice reproche à Daniel Ngoy Mulunda

4
RDC : ce que la justice reproche à Daniel Ngoy Mulunda
RDC : ce que la justice reproche à Daniel Ngoy Mulunda

Africa-PressCongo Kinshasa. Proche de Joseph Kabila, Daniel Ngoy Mulunda, ancien président de la Commission électorale nationale indépendante, a été arrêté le 18 janvier à Lubumbashi. Il est jugé depuis mardi pour incitation à la haine tribale.

Le pasteur de la Nouvelle Église méthodiste, qu’il a créée en 2004, a été arrêté au lendemain d’un prêche incendiaire, livré le samedi 16 vjanvier devant ses fidèles, lors d’une cérémonie à la cathédrale John-Wesley, à Lubumbashi, dans le Haut Katanga.

Placé en détention provisoire, il devait être initialement entendu par un juge mardi, mais l’audience a finalement été reportée à ce mercredi. Dans les éléments à charge retenus à son encontre par le procureur de la République, résumé dans une note transmise le lendemain de son arrestation au tribunal de paix Lubumbashi-Kamalondo que Jeune Afrique a pu consulter, il lui est reproché l’« incitation à la haine tribale », la propagation de « faux bruits », et d’avoir « porté atteinte à l’intégrité du territoire national ».

Katanga et Kabila

Samedi, l’ancien président controversé de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), qui a proclamé, en 2011, la victoire de Joseph Kabila – dont il est un proche – face à Étienne Tshisekedi, a livré une homélie en marge d’une cérémonie organisée pour commémorer le vingtième anniversaire de l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila.

Dans une salle pleine, dans laquelle se trouvait notamment Emmanuel Ramazani Shadary, dauphin désigné de Joseph Kabila à la présidentielle de décembre 2018 et candidat malheureux face à Félix Tshisekedi, Daniel Ngoy Mulunda, citant régulièrement la Bible, n’a pas hésité à faire le parallèle entre le Katanga et Canaan, la Terre promise aux enfants d’Israël.

« Si vous ne voulez pas respecter les Katangais, nous n’allons pas partager le lait et le miel qui se trouvent au Katanga, a-t-il notamment déclaré, s’adressant, sans le nommer, au président Félix Tshisekedi. Si vous voulez qu’on reste ensemble, vous devez respecter notre leader katangais, Joseph Kabila Kabange, et notre respectée première dame Olive Lembe Kabila. » Et d’ajouter : « Si vous voulez que le Katanga continue à être dans la RDC pour toujours, respectez nos dirigeants, et plus particulièrement notre leader du Katanga, le président honoraire Joseph Kabila ».

Le Katanga, ce n’est pas une terre conquise, non ! Ce n’est pas chez vous « Arrêtez le triomphalisme. Le Katanga, ce n’est pas une terre conquise, non ! Ce n’est pas chez vous », a également déclaré le pasteur lors de son homélie, selon la retranscription qu’en livre le procureur.

Des propos qui, pour le parquet, relèvent de « l’incitation à la haine tribale et régionale » et tombent sous le coup de la loi punissant le racisme et le tribalisme. Le parquet considère également que de tels propos sont de nature à « porter atteinte à l’intégrité du territoire national ».

Diffusion de fausses informations

Troisième délit que le parquet demande aux juges de retenir à l’encontre de Daniel Ngoy Mulunda : la diffusion de fausses informations. Sur ce point, le procureur relève en particulier un passage de l’homélie, dans laquelle il dénonce le « mépris » dont seraient victimes les dirigeants katangais, et en particulier Joseph Kabila, et accuse – toujours sans le nommer – le camp de Tshisekedi de vouloir « les corrompre » et « les souiller ».

Autant d’accusations que rejette en bloc la défense. Conduite par Me Jean Mbuyu, l’ancien conseiller spécial de Joseph Kabila en matière de sécurité, celle-ci dénonce en outre des vices de procédure.

Dans son discours, Daniel Ngoy Mulunda avait notamment lancé, à destination du pouvoir : « Si vous vous corriger, (que) vous changez votre comportement, nous allons vivre ensemble dans la paix et dans l’harmonie. Mais si vous ne changez pas, Jean Baptiste a dit : la hache est déjà préparée. » Désormais, c’est aux juges de trancher.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here