comment le camp Tshisekedi prépare la destitution du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba

10
RDC : comment le camp Tshisekedi prépare la destitution du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba
RDC : comment le camp Tshisekedi prépare la destitution du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba

Africa-PressCongo Kinshasa. En difficulté depuis l’annonce de la rupture de la coalition FCC-Cach, Sylvestre Ilunga Ilunkamba est désormais dans le viseur des députés pro-Tshisekedi. Voici comment ils comptent obtenir le départ du Premier ministre.

Un mois après la chute de Jeanine Mabunda, la présidente de l’Assemblée nationale, les députés ralliés à l’Union sacrée – la nouvelle coalition formée autour de Félix Tshisekedi – souhaitent désormais obtenir le départ de Sylvestre Ilunga Ilunkamba, le Premier ministre nommé en mai 2019.

Le 7 décembre dernier, au lendemain de l’annonce de la rupture de la coalition qu’il formait avec Joseph Kabila, le chef de l’État avait lui-même tenté d’obtenir la démission du chef du gouvernement, issu du Front commun pour le Congo (FCC), la plateforme politique de son prédécesseur. Mais l’intéressé avait refusé de quitter son poste.

Katumbi en soutien

Le camp du président congolais va donc tenter d’obtenir la déchéance de Sylvestre Ilunga Ilunkamba par la voie parlementaire. Selon nos informations, des démarches ont déjà été entreprises en vue du vote d’une motion de censure. Une motion est actuellement en cours d’élaboration, à l’initiative de Chérubin Okende, membre de la plateforme Ensemble pour le changement de Moïse Katumbi.

Cette motion soulève plusieurs griefs contre le Premier ministre, notamment son « incapacité » à gérer les affaires de l’État. Toujours selon nos informations, la collecte des signatures doit débuter le 13 janvier par caucus avec pour objectif un dépôt devant le bureau de l’Assemblée nationale en début de semaine prochaine.

Contre-attaque des députés FCC

Comme pour les autres pétitions qui ont visé les membres du bureau de Jeanine Mabunda à l’Assemblée nationale début décembre, c’est à nouveau Jean Marc Kabund-a-Kabund, le président intérimaire de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), qui est à la manœuvre. Son cabinet a envoyé un message aux députés nationaux pour leur demander « d’approcher les responsables de [leurs] caucus respectifs, afin de prendre les dispositions relatives à la signature de la motion de censure dirigée contre le Premier ministre Ilunkamba et son gouvernement ».

C’est, entre autres, pour espérer bloquer cette initiative que 140 députés restés fidèles au FCC ont déposé le 12 janvier des pétitions contre chacun des trois membres du bureau d’âge de l’Assemblée nationale, qui assurent l’intérim après la chute du bureau de Jeanine Mabunda. Cette instance temporaire est notamment accusée par les signataires d’outrepasser ses prérogatives constitutionnelles et réglementaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here