Union sacrée en RDC : pourquoi Tshisekedi, Bemba et Katumbi ne parviennent pas à trouver un accord

5
Union sacrée en RDC : pourquoi Tshisekedi, Bemba et Katumbi ne parviennent pas à trouver un accord
Union sacrée en RDC : pourquoi Tshisekedi, Bemba et Katumbi ne parviennent pas à trouver un accord

Africa-PressCongo Kinshasa. Malgré une nouvelle rencontre le 13 janvier, Félix Tshisekedi et ses deux nouveaux alliés ne s’entendent toujours pas sur les nominations à la tête des grandes institutions, après la fin de l’alliance entre le chef de l’État et Joseph Kabila.

Qui accédera à la primature et à la direction du bureau de l’Assemblée nationale ? Félix Tshisekedi et ses nouveaux alliés, les opposants Moïse Katumbi (Ensemble pour la République) et Jean-Pierre Bemba (Mouvement de libération du Congo), s’étaient donné rendez-vous ce 13 janvier pour tenter de négocier un nouvel accord.

Mais à l’issue de cet entretien qui s’est déroulé à la Cité de l’Union africaine en présence de Jean Marc Kabund-a-Kabund, le président intérimaire de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), les trois hommes ne sont pas parvenus à trouver un terrain d’entente. Selon nos informations, le chef de l’État est resté catégorique.

Dissidents du FCC

Ce dernier souhaite que le prochain président de l’Assemblée nationale, qui doit être élu au cours de la session extraordinaire qui s’est ouverte le 5 janvier et qui doit prendre fin le 3 février, soit issu des rangs des dissidents du Front commun pour le Congo (FCC), la plateforme politique de Joseph Kabila.

Moïse Katumbi, Jean-Pierre Bemba et Félix Tshisekedi lors d’une rencontre le 26 décembre à Kinshasa. © Présidence RDC Parmi les noms qui sont évoqués figure celui de Jean-Pierre Lihau, député du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), le parti de Kabila, mais aussi celui de Christophe Mboso, l’actuel président du bureau d’âge de la chambre basse.

Ensuite, Tshisekedi tient à désigner seul un Premier ministre. À Brazzaville, il y a deux jours, il a fait publiquement savoir qu’il n’excluait pas la possibilité de nommer Modeste Bahati Lukwebo, à qui il a déjà attribué le poste d’informateur chargé d’identifier la nouvelle majorité.

Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba ne sont pas de cet avis. Au cours de l’entretien, les deux opposants ont expliqué qu’ils souhaitaient que la primature, mais aussi le poste de président de l’Assemblée nationale, leur reviennent.

Et ce, même si Katumbi ne souhaite pas jouer personnellement un rôle à la tête de ces institutions. À l’un des postes, il souhaite, selon nos informations, voir l’un de ses proches lieutenants, le député Christian Mwando Nsimba.

L’ancien gouverneur du Katanga, qui réunissait le 14 janvier les députés membres de sa plateforme Ensemble pour le changement, a confié à ses élus la charge de déterminer une ligne politique, y compris en ce qui concerne la motion de censure contre le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, initiée par le député Chérubin Okende.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here