Ituri : 13 corps des civils retrouvés à Samboko-Chanichani

4
Ituri : 13 corps des civils retrouvés à Samboko-Chanichani
Ituri : 13 corps des civils retrouvés à Samboko-Chanichani

Africa-PressCongo Kinshasa. 13 dépouilles des civils ont été retrouvées à Samboko-Chanichani en territoire d’Irumu, province d’Ituri, le jeudi 10 juin 2021. Il s’agirait des civils enlevés lundi 7 juin, lors de l’attaque de ce village par les assaillants des Forces démocratiques alliées (ADF), indique Guli Gotabo, président de la société civile du territoire d’Irumu.

Lors de leur incursion à Samboko, village du territoire d’Irumu en Ituri à la limite avec le Nord-Kivu, les assaillants avaient tué au moins 15 personnes dont les corps sont en train d’être découverts à différents endroits, en dehors des maisons pillées et incendiées et des disparus. Cette nouvelle découverte porte à au moins 28, le nombre de civils tués lors de cette attaque.

Malgré l’état de siège décrété, la situation sécuritaire ne s’améliore toujours pas dans la province d’Ituri. Selon le président de la société civile, au moins 163 personnes ont été tuées par différents groupes armés depuis le mois de mai jusqu’à début juin dans les territoires de Djugu, Mambasa et d’Irumu.

Les derniers cas de meurtre sont ceux enregistrés dans les chefferies de Banyali-Chabi et Bahema-Boga, où plusieurs dizaines où des maisons ont été pillées et incendiées aux côtés des disparus et d’autres dégâts matériels dans des attaques successives la semaine dernière.

Cette même situation est déplorée dans le territoire de Beni en province du Nord-Kivu où les assaillants n’ont pas cessé de commettre des actes des violences contre la population civile dans le secteur de Rwenzori et Beni-Mbau ces jours.

Cette situation continue de provoquer le déplacement des populations vers des endroits supposés sécurisés. Certains sont parfois tués dans leurs lieux de déplacement, comme à Boga (Ituri) où le camp qui hébergeait des déplacés venus du groupement Bande-Kainama et environs (Nord-Kivu) a été incendié les jours passés, et quelques déplacés tués.

Ces deux provinces sont en état de siège depuis maintenant plus d’un mois. Dans cette mesure, l’administration militaire remplace les civils momentanément. Le chef de l’État congolais, Félix Tshisekedi, en a décidé ainsi pour permettre aux militaires d’y maîtriser la situation sécuritaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here