Kinshasa : à peine installés, le feux de signalisation ne fonctionne déjà plus

0
Kinshasa : à peine installés, le feux de signalisation ne fonctionne déjà plus
Kinshasa : à peine installés, le feux de signalisation ne fonctionne déjà plus

Africa-Press – Congo Kinshasa. Miroir du pays, la gestion des différents secteurs à Kinshasa, ne donne aucun résultat positif dans le sens de redorer le blason terni de la ville, capitale de la République Démocratique du Congo. On ne cessera jamais assez d’enfoncer le clou.

C’est le cas de feux de signalisation routière à peine installés dans différents coins pour limiter les accidents de la route, réguler la circulation de manière à réduire le travail des agents de la police de circulation routière et par dessus tout, moderniser la capitale. Le constat est général au croisement des boulevards Lumumba et Sendwe, boulevards Triomphal – Sendwe et avenue Kasa- Vubu, au Rond point OUA à Kintambo, rond point GB diplomate et dans plusieurs autres endroits.

Plus rien, ça ne fonctionne pas. Pourtant, et comme de coutume, l’argent du contribuable congolais est sorti du trésor public. Une escroquerie qui n’a rien de moins d’un détournement des deniers publics. Chose étonnante, à ces endroits, les policiers roulages ont repris le travail de régulation manuelle. Du surplace entretenu par des individus pour leurs intérêts égoïstes, se croyant intouchables, déplore un analyste.

Mais à tous ces endroits, une entreprise purement congolaise, initiative de la femme congolaise a construit des robots roulages, une technologie à encourager que des individus ont cru bon étouffer. La femme congolaise n’est pas condamnée à garder la cuisine ou n’est pas cette étourdie que l’on croit être. C’est une tête bien faite au bénéfice de la nation. L’initiative des robots roulages serait bénéfique pour le pays et pour le continent si elle était soutenue dans le cadre de la promotion de l’industrie locale.

Entre-temps, les accidents de circulation se multiplient du jour le jour. Les embouteillages monstres poursuivent la courbe ascendante. Ce qui a poussé le chef de l’État à demander au gouvernement de réactiver le projet des passerelles sur le boulevard Lumumba pour réduire les accidents et favoriser la fluidité de la circulation routière. Sur ce point, justement, il convient de dénoncer cette forme de léthargie dans le chef de certains ministres qui n’attendent que le constat du président de la République pour agir. Le cas du ministère des transports et voies de communication. Un secteur qui affiche un tableau sombre. Il en est de même de celui des infrastructures et travaux publics.

À Kinshasa comme ailleurs tout est à refaire. Le go du chef est certes utile mais pas obligatoire car le gouvernement est là pour exécuter le contrat du président de la République avec son peuple.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Kinshasa, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here