Kinshasa : les agents du ministère des Transports accusent Chérubin Okende de violer la loi en attribuant le marché des permis de conduire à un Libanais

1
Kinshasa : les agents du ministère des Transports accusent Chérubin Okende de violer la loi en attribuant le marché des permis de conduire à un Libanais
Kinshasa : les agents du ministère des Transports accusent Chérubin Okende de violer la loi en attribuant le marché des permis de conduire à un Libanais

Africa-Press – Congo Kinshasa. Les agents du secrétariat général du ministère des Transports et Voies de communication ont manifesté ce mercredi devant le secrétariat général à Barumbu, pour exprimer leur mécontentement à l’endroit du ministre de tutelle.

Ils reprochent à Chérubin Okende d’avoir recruté des firmes expatriées pour la production de permis de conduire en lieu et place des Congolais.

D’après ces manifestants, le ministre a créé une commission au sein du ministère « sans tenir compte des textes légaux, alors que cette tâche ne fait partie de ses attributions ».

« Nous appelons le ministre à respecter la loi. D’après les textes qui régissent le ministère des transports, le directeur de transport terrestre est le président de la commission et c’est lui qui signe le permis de conduire. Nous étions surpris d’apprendre que le ministre a signé un partenariat avec un sujet libanais pour la production des permis et ce dernier a recruté à son tour ses agents pour produire des permis de conduire, alors qu’il y a des agents qualifiés et expérimentés au sein du ministère qui peuvent faire ce travail. Le ministre a agi contre la loi. C’est ainsi que les agents se sont mis en colère», a indiqué l’un des cadres de ce ministère à INFOS.CD.

De son passage au secrétariat général du ministère des Transports, poursuit notre source, ce libanais a été menacé et privé d’accès par les manifestants. Il a fallu que le vice-ministre des Transports et Voies de communication, Marc Ekila Likombio puisse descendre sur le lieu pour calmer les esprits.

Ces manifestants (une cinquantaine) ont été dispersés par la police, après avoir brûlé des pneus.

Ça fait pratiquement 5 ans que le gouvernement congolais ne délivre plus de permis de conduire. Ce retard est dû au fait que le pays s’est retrouvé face à la problématique de mutualisation de tous les services qui participent, d’une manière ou d’une autre, à l’identification de la population, dont le processus de délivrance du permis de conduire.

L’actuel ministre des Transports avait promis de délivrer le nouveau permis de conduire le 30 mai de cette année.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Kinshasa, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here