le gouvernement publie un livre blanc retraçant les faits illicites des violations du droit international commis par la coalition M23 et le Rwanda sur le sol congolais

2
le gouvernement publie un livre blanc retraçant les faits illicites des violations du droit international commis par la coalition M23 et le Rwanda sur le sol congolais
le gouvernement publie un livre blanc retraçant les faits illicites des violations du droit international commis par la coalition M23 et le Rwanda sur le sol congolais

Africa-Press – Congo Kinshasa. Le gouvernement congolais a procédé, vendredi 9 décembre à la présentation du Livre Blanc sur l’agression avérée de la République Démocratique du Congo par le Rwanda et les crimes internationaux commis par la coalition M23/RDF sur le sol congolais. D’après le Porte-parole du gouvernement Patrick Muyaya, le développement des faits dans ce livre se fait en 7 chapitres évoquant notamment des faits décriés, leurs conséquences, leurs qualifications ainsi que les attentes de la République Démocratique du Congo.

Ce livre blanc du gouvernement congolais a pris en compte des faits déroulés depuis novembre 2021 jusqu’au 8 décembre 2022.

« Dans l’exercice d’aujourd’hui ce que nous avons voulu à travers ce livre Blanc c’est de reprendre des faits illicites, non exhaustifs constituant des violations du droit international et établissant sans conteste la responsabilité internationale du Rwanda, État agresseur et son obligation de réparer. Le développement des faits en 7 chapitres donc vous allez le découvrir, évoquant notamment ces faits décriés, leurs conséquences, leurs qualifications ainsi que des attentes de la République Démocratique du Congo. Le présent livre blanc devra également servir comme élément de base pour des poursuites pénales contre les commanditaires et les auteurs présumés des crimes de droit international établis comme des crimes d’agression, crimes de guerre, crimes contre l’humanité et crimes environnementaux », a déclaré Patrick Muyaya, devant des ambassadeurs, membres du gouvernement et députés nationaux réunis au Studio Maman Angebi de la RTNC.

Pour que ces crimes ne demeurent jamais impunis comme ce fut le cas depuis plus de vingt ans que l’insécurité dure dans la partie Est du pays, rappelle Patrick Muyaya, la République Démocratique du Congo exige la création d’un Tribunal Pénal Spécial qui aura une compétence générale et universelle et dont la mission principale sera de juger tous les criminels présumés sans que le Rwanda ne continue à protéger des criminels du fait qu’il n’est pas partie au Statut de Rome de la Cour pénale internationale.

« Si les tribunaux de ce type ont été créés sous d’autres cieux où il y a eu d’ailleurs moins de victimes qu’elle en a connues, il est regrettable pour la RD Congo de constater qu’à chaque fois qu’il s’agit d’elle il y a toujours eu blocage au Conseil de Sécurité. Pour mettre fin à cette politique de deux poids deux mesures, il est temps d’agir favorablement pour le Congo.Tout en se réservant la compétence juridictionnelle nationale, la RD Congo reste ouverte à l’action de la Cour Pénale Internationale (CPI) dans la poursuite de tous ces crimes relevant de sa compétence à l’encontre de tous les congolais ayant rejoint les agresseurs », a ajouté le porte-parole du gouvernement.

Il a réaffirmé la détermination du gouvernement à combattre les différents groupes armés sous son sol. À l’en croire, le peuple congolais ne va plus tolérer le comportement belliciste du régime de Kigali.

« Parallèlement, la République Démocratique du Congo usera de tous les moyens à sa portée pour neutraliser toutes les forces négatives et terroristes en divagation sous son territoire national jusqu’à leur éradication définitive. Comme l’a indiqué le Président de la République Démocratique du Congo, Chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo je le répète : le peuple congolais n’a aucun problème avec le peuple Rwandais mais il ne peut continuer de tolérer l’hostilité et le côté belliciste du régime Rwandais » a-t-il conclu.

Le M23 (Mouvement du 23 mars) à la base des massacres et de l’insécurité au Nord-Kivu est une ancienne rébellion majoritairement tutsi qui a repris les armes en fin d’année dernière et conquis de larges portions d’un territoire du nord de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu.

Selon les autorités congolaises, des experts de l’ONU et la diplomatie américaine, le M23 est soutenu par le Rwanda. Mais Kigali conteste, accusant en retour Kinshasa de collusion avec les FDLR, un mouvement hutu constitué par certains auteurs du génocide des Tutsi en 1994 au Rwanda.

Clément MUAMBA

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Kinshasa, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here