Les usines de Regideso à l’arrêt à Kinshasa, plusieurs communes sans eau

1
Les usines de Regideso à l'arrêt à Kinshasa, plusieurs communes sans eau
Les usines de Regideso à l'arrêt à Kinshasa, plusieurs communes sans eau

Africa-PressCongo Kinshasa. “C’est par manque d’intrants de traitement d’eau que les usines de la Regideso sont à l’arrêt. Celle de N’Djili a arrêté depuis lundi à 10h et celle de Ngaliema depuis 14h”, apprend-t-on.

“Avant hier seuls 11 sacs d’intrants ont été achetés pour pallier cette situation. En stock, il n’y a rien. Il n’y a même pas d’argent pour acheter”.

Information nuancée à la direction de communication de la Regideso.

“La nuit du vendredi à samedi, il avait plu abondamment à Kinshasa. Et la turbidité était au-delà des limites qui peuvent permettre de traiter l’eau brute. C’est comme ça qu’on avait arrêté les usines (pour les redémarrer) quand la turbidité va s’améliorer”, explique, à Top congo fm, Émile Losambe.

“Il avait plu en amont des rivières de Kinshasa et toutes les rivières que nous captons, notamment Lukaya, Lukunga et N’Djili. Ces rivières ont drainé beaucoup de sable et de déchets qui font que quand cela arrive dans nos bassins de captage d’eaux brutes avec une turbidité extrême, on ne sait pas traiter et on a dû arrêter les usines en attendant que ces eaux passent”.

Le directeur de la Communication de la REGIDESO rassure que “nos laborantins sont en train de tester chaque quinze minutes le paramètre de turbidité et lorsque tout va revenir à la normale, nous allons redémarrer les usines”.

Par contre, à l’usine de Ngaliema, qui capte l’eau du fleuve, “c’est un problème technique qui a fait qu’on ne sait pas tourner. Nos techniciens sont là-dessus. Je pense que dans les heures qui viennent, si la turbidité se retrouve dans la tranche de 0 à 500, on va relancer les usines”.

Aucun problème d’intrants

“La REGIDESO n’a pas un problème de produits. Ça veut dire que les produits ne manquent pas dans nos usines”.

Mais il reconnaît que “nous consommons de grandes quantités, non seulement à Kinshasa, mais sur l’ensemble de la République. Et nos stocks sont critiques effectivement par le fait qu’on n’a pas assez d’argent”.

Qu’à cela ne tienne, insiste-t-il, “on n’a pas arrêté les usines à cause de la carence de produits, bien que le stock de nos produits sont critiques. La REGIDESO a le stock minimum d’intrants qui peut lui permettre de continuer sa production”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here