Pas moins de 40 trillions de trous noirs stellaires dans l’univers observable

3
Pas moins de 40 trillions de trous noirs stellaires dans l’univers observable
Pas moins de 40 trillions de trous noirs stellaires dans l’univers observable

Africa-Press – Congo Kinshasa. Le nombre de trous noirs stellaires au sein de l’univers observable a été estimé à environ 40 trillions par des astrophysiciens italiens.

Ce nombre équivaut à 40 milliards de milliards (4 et 19 zéros).

Le scientifique Alex Sicilia et ses collègues associés au SISSA (École internationale supérieure d’études avancées) en viennent à cette estimation après avoir mis au point une nouvelle approche computationnelle décrite dans un article publié dans l’Astrophysical Journal(Nouvelle fenêtre) (en anglais).

En outre, ces chercheurs ont établi qu’environ 1 % de l’ensemble de la matière ordinaire (dite baryonique) de l’univers est contenu dans des trous noirs de masse stellaire.

Il existe quatre types de trous noirs. Les trous noirs stellaires se forment à l’occasion de l’effondrement gravitationnel de certaines étoiles massives en fin de vie qui explosent en supernovae. Les trous noirs stellaires les plus communs ont une masse de 10 à 20 fois celle du Soleil.

Rappelons qu’un trou noir est une région de l’espace dont le champ gravitationnel est si intense qu’il empêche toute forme de matière ou de rayonnement de s’en échapper.

Les autres types de trous noirs

-Les trous noirs primordiaux sont de très petite taille. Ils se seraient formés durant le big bang dans les régions extrêmement denses de l’univers primordial.

-Les trous noirs intermédiaires oscillent entre 100 et 10 000 masses solaires.

-Les trous noirs supermassifs se trouvent au centre de la plupart des galaxies et leur masse équivaut à des millions ou même à des milliards de fois celle du Soleil. Celui au centre de la Voie lactée se nomme Sagittarius A*.

La nouvelle technique

L’estimation du nombre de trous noirs dans l’univers observable a été obtenue grâce à une approche originale combinant des mégadonnées avec des calculs empiriques des propriétés physiques des galaxies, comme le taux de formation d’étoiles.

Cette méthode de calcul a ensuite permis d’évaluer le nombre de trous noirs stellaires et leur distribution dans l’univers.

Le caractère innovant de ce travail réside dans le couplage d’un modèle détaillé de l’évolution stellaire et binaire avec les données de la formation d’étoiles et d’enrichissement en métaux dans des galaxies individuelles. C’est l’un des premiers, et l’un des plus robustes, […] calculs du nombre de trous noirs stellaires au fil de l’histoire cosmique, explique Alex Sicilia.

En août 2017, le chercheur James Bullock et ses collègues de l’Université de la Californie à Irvine avaient estimé que notre galaxie, la Voie lactée, contenait 100 millions de trous noirs stellaires.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Kinshasa, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here