Le marché mondial des minerais critiques devrait plus que doubler d’ici 2040, à 770 milliards $

0
Le marché mondial des minerais critiques devrait plus que doubler d’ici 2040, à 770 milliards $
Le marché mondial des minerais critiques devrait plus que doubler d’ici 2040, à 770 milliards $

Africa-Press – Djibouti. Le rapport souligne que la baisse des prix des minerais nécessaires à la transition énergétique enregistrée en 2023 s’explique principalement par une forte augmentation de la production, notamment en Afrique, en Indonésie et en Chine.

La valeur de marché des minerais critiques devrait passer de 325 milliards de dollars actuellement à l’heure actuelle à 770 milliards en 2040 dans le scénario « Zéro émission nette » (Net Zero Emission/NZE), qui prévoit l’atteinte de l’objectif de la neutralité carbone à l’horizon 2050, a estimé l’Agence internationale de l’énergie (AIE) dans un rapport publié le 17 mai.

Intitulé « Global Critical Minerals Outlook 2024 », le rapport explique que cette hausse de la valeur de marché de ces minerais nécessaires à la transition énergétique, dont le lithium, le cobalt, le cuivre et le nickel et les éléments de terres rares est essentiellement due à l’augmentation attendue de la demande mondiale dans un contexte de décarbonation à marche forcée.

Dans son scénario « Politiques annoncées à ce jour » (Stated Policies Scenario /STEPS), l’AIE s’attend à ce que la demande mondiale de minerais critique double d’ici 2030. Dans le scénario NZE, cette demande devrait tripler d’ici 2030 et quadrupler d’ici 2040.

La demande mondiale du lithium pourrait se multiplier par 9 d’ici 2040 dans le scénario NZE et par 5 dans le scénario STEPS.

La demande de nickel, du cobalt et des éléments des terres rares devrait également connaître une croissance robuste allant de 65 à 80 % d’ici 2040 dans le scenario STEPS.


Qui abrite et qui possède les gisements de minerais stratégiques ?

Une analyse détaillée suggère que les projets annoncés sont suffisants pour satisfaire seulement 70 % des besoins en cuivre et 50 % des besoins en lithium en 2035 dans un scénario où les pays du monde entier atteignent leurs objectifs nationaux en matière de climat.

Les soldes pour le nickel et le cobalt semblent serrés si l’on prend en considération les projets confirmés. Ils sont cependant meilleurs si l’on inclut les projets qui sont actuellement en phase de prospection.

Le graphite et les terres rares ne seront peut-être pas confrontés à des problèmes de volume d’approvisionnement, mais ces minerais sont parmi les plus problématiques en termes de concentration du marché: plus de 90 % du graphite de qualité batterie et 77 % des terres rares raffinées seront produits en Chine en 2030.

800 milliards $ d’investissements sont nécessaires d’ici 2040

En 2023, la demande mondiale de minerais et métaux critiques a déjà connu une forte hausse: + 30% pour le lithium (principalement à destination des batteries de véhicules électriques), + 8% à 15% pour le nickel, le cobalt, le graphite et les terres rares.

L’adoption croissante des voitures électriques (près de 14 millions de ventes dans le monde en 2023, soit + 35% par rapport à 2022) explique en partie cette hausse de la demande, tout comme les importantes installations de capacités éoliennes et solaires et l’extension des réseaux de transmission d’électricité.

Malgré l’augmentation soutenue de la demande, le marché des minerais et métaux critiques reste instable, avec une forte chute des prix en 2023 après deux années de très forte hausse. L’indice des prix des minerais de la transition énergétique (Energy Transition Mineral Price Index) de l’AIE a ainsi triplé dans les deux années suivant janvier 2020 avant de revenir quasiment à son niveau initial fin 2023. Les prix du cuivre sont restés à des niveaux élevés alors que les cours des minerais utilisés dans la fabrication des batteries électriques ont connu des baisses particulièrement importantes. Le prix du lithium a chuté de 75 % et les prix du cobalt, du nickel et du graphite ont baissé de 30 à 45 %, ce qui a contribué à faire baisser le prix des batteries de 14 %.

La baisse des prix enregistrée durant l’année écoulée en dépit de la hausse de la demande s’explique essentiellement par l’augmentation de la production, notamment en Afrique, en Indonésie et en Chine.

Le rapport souligne dans ce cadre que la chute des prix des minerais et métaux nécessaires à la transition énergétique constitue une arme à double tranchant. Il s’agit d’une aubaine pour le déploiement des énergies propres, mais aussi d’un fléau pour les investissements dans les minerais critiques. En 2023, les investissements dans l’extraction des minéraux critiques ont augmenté de 10 % et les dépenses d’exploration ont progressé de 15 % – ce qui représente un rythme de croissance plus lent que celui enregistré en 2022.

Selon les estimations de l’AIE, près de 800 milliards de dollars d’investissements dans l’extraction de ces ressources clés seraient nécessaires d’ici 2040, dont 492 milliards de dollars rien que pour le cuivre, pour rester sur la trajectoire d’un scénario d’un réchauffement climatique mondial de + 1,5°C.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Djibouti, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here