Journées de nettoyage aux îles Moucha et Maskali

0
Journées de nettoyage aux îles Moucha et Maskali
Journées de nettoyage aux îles Moucha et Maskali

Africa-Press – Djibouti. L’Agence nationale du Tourisme (A NT) a, avec le partenariat de l’Institut de la Francophonie pour le Développement Durable, initié mercredi dernier une opération de nettoyage de deux jours sur les plages et côtes des îles Moucha et Maskali. Ces journées de nettoyage s’inscrivent dans le cadre du projet de création d’un sentier écologique pour un développement durable.

L’initiative est louable en soi et salvatrice dès lors qu’au regard de l’actualité, les plages du globe sont aux prises à l’accroissement des déchets au point que cela devient une problématique qui porte préjudice non seulement à l’écosystème marin mais déteint également sur le tourisme et à son développement durable.

Toutefois, chez nous, si les plages sont épargnées par cette situation, il devient de plus que nécessaire de prendre le taureau par les cornes et s’attaquer sérieusement à toute possibilité devant contribuer à l’installation des déchets. C’est la raison pour laquelle il importe de sensibiliser la population sur la question de la protection des plages.

D’où l’utilité de cette opération de nettoyage sur les îles de Moucha et Maskali, ou une cinquantaine, de jeunes issus de l’Association de jeunes marins ont retroussé leurs manches afin de couper l’herbe sous le pied aux altérations causées par les jets les produits plastiques et autres détritus lesquels sont nuisibles à l’écosystème marin.

« Protégeons nos plages pour un développement durable » c’est le choix de la thématique mise en avant dans le cadre de ces Journées de nettoyage qui ont eu lieu sur les îles Moucha et Maskali.

C’est donc mercredi 21 février que la première journée de nettoyage a pu débuter avec un planning taillé sur mesure et l’île Moucha comme premier site.

Le rendez-vous est fixé au petit matin vers 6h. Arrivés sur le port de pêche de Djibouti, après un décompte succinct des personnes au pied du navire, s’en est suivi par l’embarquement sur le quai du port de pêche de Djibouti & Marina Service. Cap donc sur l’île Moucha.

Avec une mer calme, le trajet fut un pur moment de plaisir où chacun a pu découvrir les avantages d’une excursion en mer. Située à l’entrée du golfe de Tadjourah, l’île Moucha se trouve à quarante-cinq minute de trajet en vedette, après un petit détour au lagon bleu, les trois vedettes qui transportaient les jeunes et le staff de l’ANT sont arrivé sur le sable fin et cristallins de l’île Moucha.

Une fois les pieds à terre, vêtus des

t-shorts et des casquettes flanquées aux initiales de l’Agence Nationale du Tourisme (ANT), les jeunes ont d’abord été briefés sur la pertinence de cette opération de nettoyage quant à la question de la préservation de nos plages. Equipés de gants de protection, ils ont eu droit chacun à un sac poubelle, d’autres, les plus âgés s’étaient munis des pelles et de brouette. Après quoi le top du départ est donné par le responsable de l’ANT. Dotés d’une énergie ou se mêlent passion et un engouement sans borne pour tout ce qui a trait à la mer, ces jeunes sont ravis de mettre la main à la patte et de pouvoir contribuer aux actions débouchant sur la préservation de nos plages.

Répartis en plusieurs groupes, ces derniers n’y vont pas de main morte pour ratisser tous les recoins des mangroves et les sables fins de la plage de l’île.

Après toute une matinée de labeur, résultat des gros sacs remplis des détritus empilés sur les autres, et les satisfécits des jeunes et du staff d’avoir accompli leurs missions.

Au terme de cette première journée de nettoyage, Ali Chehem Hassan, responsable chargé de la protection de l’Environnement à l’ANT, a devant le micro du média présent lors de cette opération expliqué la raison de cette initiative. «C’est un projet qui s’intègre dans le cadre du projet de création de sentier écologique pour un développement durable » a-t-il fait savoir. « Nous avons mobilisé la société civile et plus particulièrement l’association des jeunes marins. Bien sûr ce projet est chapeauté par l’ANT en collaboration avec l’institut français pour le développement durable ». «Ce projet vise à sensibiliser la population des sites touristiques du pays et nous espérons que cela impactera tout le monde » a-t-il estimé.

C’est vers midi que cette première journée de nettoyage a pris fin, éreintés les jeunes ont monté sur les vedettes, direction le restaurant situé au lagon bleu pour un déjeuner succulent ajouter à cela un petit moment de détente et le trajet de retour avant le rendez-vous de la seconde journée avec Maskali.

La seconde journée de nettoyage n’a pas dérogé à la règle. Avec un timing précis, les jeunes n’ont pas boudé leur plaisir et leur effort quant à cette initiation déterminante pour nettoyer de fond en comble la plage de Maskali.

L’Agence nationale du Tourisme (ANT) veille aux grains… Chargé d’insuffler une nouvelle dynamique quant à la promotion du secteur du tourisme dans le pays, l’Agence Nationale du Tourisme prend à cœur ses préoccupations pour parer à toute éventualité qui transgresse ces paysages aux décors poétiques à couper le souffle.

En effet, si ses eaux turquoise, ses sables rutilants et ses mangroves ne sont que les parties visibles des charmes qui caractérisent ses splendeurs, les îles Moucha et Maskali conservent par contre aux amateurs de la plongée un paysage sous-marin époustouflant. Les foisonnements de tous attraits font de ces îles parmi les plus belles plages du monde. Et un trésor inestimable pour l’essor du secteur du tourisme. C’est pourquoi donc il importe de protéger coûte que coûte et surtout sensibiliser la population sur l’importance de la protection des plages.

Sadik

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Djibouti, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here