La Dysoc exige la dépolitisation de la CENI !

4
La Dysoc exige la dépolitisation de la CENI !
La Dysoc exige la dépolitisation de la CENI !

Africa-PressDjibouti. ‘’Le refus du pouvoir en place d’examiner toute proposition de réforme institutionnelle et/ou électorale consensuelle, pour une sortie de crise de légitimité qui mine la RD Congo.
A cet effet, la DYSOC dit : – Non à toute modification non consensuelle de la loi portant organisation et fonctionnement de la CENI notamment, au mépris des propositions promptement formulées par la coalition LAMUKA, incarnée par les Présidents Martin FAYULU et Adolphe MUZITO ; – Non à une modification partisane, conçue pour mettre en place une CENI dont les membres auront comme mission, du reste, suicidaire, de préparer la victoire frauduleuse du candidat au pouvoir dont l’impopularité n’est plus à démontrer ; – Non à une modification dont le sombre dessein est d’enfermer indéfiniment le peuple congolais dans la prison du déni de la crise de légitimité qui ronge notre pays ; – Oui à la position de l’église catholique prise lors de la 58ème Assemblée Plénière de la CENCO, soutenant notamment, la dépolitisation de la CENI’’, soutient Jean Pierre Lisanga Bonganga, dans une nouvelle déclaration politique.
République Démocratique du Congo
DYNAMIQUE POUR UNE SORTIE DE CRISE DYSOC, en Sigle
Jour J-815 jours (Conformément à l’Article 73 de la constitution)
Déclaration politique
Toujours au chevet de notre pays dont la situation socio-politique se dégrade au jour le jour, la DYSOC ne cesse de fustiger les fourmillants blocages, crées et entretenus par le Président Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo, de lui-même, par lui-même et pour lui-même. 72ème élément constitutif de blocage
Le refus du pouvoir en place d’examiner toute proposition de réforme institutionnelle et/ou électorale consensuelle, pour une sortie de crise de légitimité qui mine la RD Congo.
A cet effet, la DYSOC dit : – Non à toute modification non consensuelle de la loi portant organisation et fonctionnement de la CENI notamment, au mépris des propositions promptement formulées par la coalition LAMUKA, incarnée par les Présidents Martin FAYULU et Adolphe MUZITO ; – Non à une modification partisane, conçue pour mettre en place une CENI dont les membres auront comme mission, du reste, suicidaire, de préparer la victoire frauduleuse du candidat au pouvoir dont l’impopularité n’est plus à démontrer ; – Non à une modification dont le sombre dessein est d’enfermer indéfiniment le peuple congolais dans la prison du déni de la crise de légitimité qui ronge notre pays ; – Oui à la position de l’église catholique prise lors de la 58ème Assemblée Plénière de la CENCO, soutenant notamment, la dépolitisation de la CENI.
73ème fait constitutif de blocage : Il s’agit de l’affaire rocambolesque de 500 jeeps pimpantes neuves destinées aux députés nationaux.
Pour la DYSOC, le prétendu montage financier allégué par le Président Félix TSHISEKEDI pour justifier la provenance des fonds destinés à l’acquisition de ces jeeps n’est qu’une fumisterie qui ne fait qu’ajouter à la confusion déjà entretenue par les déclarations contradictoires du Président de l’Assemblée Nationale, quant à ce.
En réalité, la DYSOC soutient que ces fameuses 500 Jeeps constituent un don Présidentiel, en signe de récompense aux Députés Nationaux, qui ont réalisé la requalification frauduleuse de la majorité Parlementaire, ayant abouti à la création de l’Union dite Sacrée de la Nation.
Aussi, la DYSOC prend-elle à témoin l’opinion tant nationale qu’internationale sur le fait que le pouvoir en place tente à dessein de distraire le peuple congolais face à une corruption au sommet de l’Etat qui ne dit pas son nom.
74ème fait constitutif de blocage
Les accords de capitulation et de trahison de la RD Congo signés récemment à GOMA, entre le pouvoir en place et le RWANDA.
A ce sujet, la DYSOC s’insurge contre la déclaration désinvolte et ignominieuse du Président Felix TSHISEKEDI demandant au peuple congolais meurtri d’oublier le passé avec le RWANDA alors que ce pays est depuis 25 ans responsable des massacres et autres crimes imprescriptibles qui ont provoqué un génocide de plus de six millions des congolais.
La DYSOC dit : – Non, le peuple congolais ne peut pas oublier le passé avec le RWANDA, sans réparation préalable des actes barbares et criminels commis en RD Congo par le RWANDA – Oui à l’exhumation du rapport MAPPING pour la mise en place d’un tribunal international pour la RD Congo.
75ème fait constitutif de blocage
La déclaration pour le moins surprenante et regrettable du Président Félix TSHISEKEDI au sujet du vaccin Astra Zeneca.
Pour la DYSOC, tout en soupçonnant dès le départ, l’inefficacité et la dangerosité de ce vaccin, le Président Felix TSHISEKEDI a accepté et fait acheminer dans notre pays, un stock important de ce vaccin.
Bien plus, il a demandé au peuple congolais à grand renfort de publicité, de se faire vacciner, en prenant lui-même et sa famille le soin de ne pas le faire.
Il s’agit-là d’un acte criminel et de la haute trahison du pouvoir en place à l’endroit du peuple congolais.
Et, la DYSOC s’interroge : Que dire de la campagne de vaccination en cours ?
«ON PEUT TOUT NOUS EMPECHER SAUF NOUS INTERDIRE DE REFLECHIR »
Fait à Kinshasa, le 03 Juillet 2021
Le Coordonnateur
Jean Pierre LISANGA BONGANGA
Président de la convention Chrétienne pour la Démocratie

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here