Vente de syllabus dans les institutions et universités publiques/RDC : certains professeurs boudent et contournent Tshisekedi

6
Vente de syllabus dans les institutions et universités publiques/RDC : certains professeurs boudent et contournent Tshisekedi
Vente de syllabus dans les institutions et universités publiques/RDC : certains professeurs boudent et contournent Tshisekedi

Africa-PressDjibouti. En date du 5 mai de l’année en cours, Félix Tshisekedi avait effectué une visite à l’Université Pédagogique Nationale (UPN) et à l’Institut National du Bâtiment et des Travaux Publics (INBTP), accompagné du Ministre en charge de l‘Enseignement supérieur et universitaire, Mohindo Nzangi. Lors de cette descente, le garant de la Nation avait formulé plusieurs promesses et recommandations dans la foulée. Parmi lesquelles, la suppression pure et simple de la vente des syllabus dans les institutions et universités publiques. Une décision qui serait tombée comme un grain de maïs dans le désert chez les professeurs de ces établissements publics qui, selon des sources sûres, continuent à trafiquer ces supports, sous une autre forme. C’est désormais la vente des livres pour remplacer le mot ‘’Syllabus’’.
En plaçant prioritairement son mandat sur le social des Congolais, avec le célèbre slogan légué par son géniteur, le Sphinx de Limete Etienne Tshisekedi, celui du ‘’Peuple d’abord’’, Félix Tshisekedi, Président de la République s’est également intéressé à la situation des étudiants, futurs cadres du pays.
Interrogés sur l’applicabilité de ladite décision, plusieurs professeurs se sont réservés de répondre à cette question que la plupart d’entre eux ont jugé ‘’Sensible’’. Toutefois, un corps académique de l’une des universités de Kinshasa, s’est livré en ces termes : ‘’nous sommes au courant de cette décision du Chef de l’Etat. Mais vous savez, quand on remplace le syllabus par une connexion Wi-Fi qui se limite dans les sites universitaires n’est pas cohérant. Le syllabus permet à l’étudiant de mieux assimiler la leçon et à l’intérieur on y trouve les exercices pratiques. Certes, nous ne vendons plus des syllabus mais plutôt des livres pour les étudiants, et ces derniers ont compris la démarche’’, a indiqué un professeur d’Université sous couvert d’anonymat.
Pour les étudiants, c’est une désobéissance totale de la part des professeurs envers le président de la République. Ainsi, ils exigent une commission d’enquête, enfin que celle-ci assure le suivie de l’applicabilité effective de cette décision.
‘’C’est peine perdue ! Les syllabus continuent de se vendre dans les universités comme toujours. Ils ont juste changé de patronyme, au lieu de parler «Syllabus», ils nous exigent avant d’assister à certains cours, de passer les interrogations, de présenter un Travail pratique, d’acheter le livre, l’équivalent pourtant de ces syllabus là, que d’autres étudiants avaient déjà acheté au début de l’année’’, a fait savoir un étudiant congolais.
Aux professeurs des institutions et universités publiques, le Président de la République n’avait-il pas rappelé « qu’il était plus que normal de soutenir notre jeunesse car elle est l’avenir de demain ? Et d’ajouter que le nouveau gouvernement de l’Union sacrée mettra tout en œuvre pour une réponse rapide aux préoccupations multiples soulevées par les étudiants ?»
Autres soucis du Chef de l’Etat
D’emblée, le Président de la République avait, lors de cette visite dans le cadre de la journée dédiée à la jeunesse, révélé que les moyens étaient disponibles, faisant allusion aux engagements qu’il avait pris en son temps pour assurer l’amélioration de la qualité de l’enseignement dans ces institutions académiques. Sur le même ton, il avait annoncé l’arrivée imminente d’une équipe d’entrepreneurs sur le site pour évaluer les besoins en matière notamment, de logement et voir comment y apporter des réponses idoines.
Sur un autre registre, le Président de la République avait également marqué son adhésion pour l’établissement d’un Ordre des ingénieurs tout en indiquant que cela devrait faire l’objet d’une étude préalable afin de s’assurer d’un accompagnement efficace de l’initiative pour l’INBTP.
Il en est de même de la bourse académique et, surtout, du transport des étudiants pour lequel un partenariat est déjà envisagé avec la société publique Transco. Sans oublier la mise en service d’un réseau Wi-fi gratuit, qui serait déjà disponible dans certains établissements publics et autres espaces publics notamment, la place ‘’Kintambo Magasin’’ dans la commune de Ngaliema.
RM

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here