En Afrique de l’Ouest, c’est “la fin du modèle de gouvernance français”

18
En Afrique de l’Ouest, c’est
En Afrique de l’Ouest, c’est "la fin du modèle de gouvernance français"

Africa-Press – Gabon. Une nouvelle donne est manifestement en train de se dessiner en Afrique de l’Ouest, qui interroge sur la nécessité de réévaluer le système de gouvernance hérité de l’Occident. Elle pourra “précipiter sur le devant de la scène des pays comme la Russie, la Chine ou la Turquie”, selon l’universitaire franco-congolais Lucien Pambou.

L’Afrique de l’Ouest connaît ces dernières années des bouleversements sociopolitiques et sécuritaires majeurs. Au Mali, en août 2020, puis en Guinée, en septembre 2021, les militaires ont pris le pouvoir, avec plus ou moins l’assentiment des populations. Et tout récemment, le Burkina Faso qui fait face à la plus grave crise sécuritaire de son histoire a lui aussi été aspiré par cette spirale ayant déjà englouti ses deux voisins. Mais ce n’est pas tout, d’autres États comme le Niger présenteraient également des signes avant-coureurs déjà observés dans les pays précités, où des Présidents “démocratiquement élus” -mais dont l’élection a été tout de même contestée-, ont été renversés.

Ce sont là autant de situations qui suscitent quelques interrogations: la démocratie à l’occidentale peut-elle être plaquée telle quelle aux pays africains? N’est-il pas temps pour ces derniers d’envisager de nouveaux systèmes de gouvernance plus en phase avec leurs réalités?

Questionné par Sputnik, Lucien Pambou, professeur de sciences économiques et politiques, chargé d’enseignement à l’université Paris XIII, soutient que “ce à quoi nous assistons actuellement dans la partie ouest du continent africain est la fin du modèle de gouvernance français, qui était depuis longtemps à bout de souffle”.

Selon l’universitaire franco-congolais, quand on analyse de très près pourquoi l’Afrique va de coup d’État en coup d’État, “on s’aperçoit que des problématiques cruciales comme l’aménagement du territoire, la création d’entreprises et d’emplois, la lutte contre la pauvreté et la corruption… n’existent qu’en apparence quand, pendant ce temps, ce qui existe bien par contre, c’est la mainmise sur les richesses”.

Le cas particulier du Sénégal

En Afrique de l’Ouest, le Sénégal a toujours fait figure de modèle de démocratie et de stabilité politique. Contrairement à tous ses voisins, la Gambie, le Mali, la Mauritanie, la Guinée et la Guinée-Bissau, ce pays n’a jamais connu de coup d’État -bien que la crise institutionnelle de décembre 1962 puisse être assimilée à un coup d’État ne disant pas son nom. Une exception que Lucien Pambou explique par les fondements mêmes de la société sénégalaise.

Un changement de système pas si évident

Pour Lucien Pambou, vu que le modèle démocratique tel que transmis par la France ne fonctionne pas, il convient désormais pour les États africains de changer de modèle ou de déterminer celui qu’ils veulent ou sont capables d’appliquer.

En attendant, prévient-il, “la nouvelle donne actuellement observée en Afrique de l’Ouest risque, à terme, de modifier les relations entre les États de cette zone, ainsi que de modifier la place de la France dans la région et précipiter sur le devant de la scène des pays comme la Russie, la Chine ou la Turquie”.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Gabon, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here