École des métiers du bois de Booué : Odeur de surfacturation et chantier à l’abandon

3
École des métiers du bois de Booué : Odeur de surfacturation et chantier à l’abandon
École des métiers du bois de Booué : Odeur de surfacturation et chantier à l’abandon

Africa-Press – Gabon. Projet annoncé et engagé depuis 2011 dans la province de l’Ogooué-Ivindo, l’École supérieure des métiers du bois de Booué n’a toujours pas été livrée jusqu’à ce jour. De passage dans cette localité, en mars dernier, le président de la Transition, Brice Clotaire Oligui Nguema, l’a évoqué, précisant que la société EcoWood s’est engagée à finir les travaux dans 18 mois. Sauf qu’au-delà, des parfums de surfacturation s’exhalent d’autant plus que le chef de l’État a engagé le Premier ministre de la Transition, Raymond Ndong Sima, à diligenter une enquête pour voir clair sur ce dossier.

À Booué, en mars dernier, le président de la Transition, Brice Clotaire Oligui Nguema avait annoncé la livraison prochaine de l’École supérieure des métiers du bois de Booué. «Cette école verra le jour et les premiers apprenants feront leur rentrée scolaire dès septembre 2025. Je souhaite qu’elle soit une référence de pointe dans la formation aux métiers liés à l’exploitation et à la transformation du bois», avait-il déclaré. Sauf que des questions subsistent quand l’usage fait des fonds alloués à la construction de cet établissement. D’où l’enquête qu’il a fait diligenter par le Premier ministre de la Transition, dans le but de cerner les contours de ce dossier et de voir clair sur l’utilisation de ces fonds.

En effet, sur un montant total de plus 19 milliards de francs CFA dédié à l’édification de cette École, la société adjudicataire, Ecowood SA, qui avait, selon des sources, décroché le marché sans appel d’offres, pour un délai de 24 mois, avait déjà perçu près de 10 milliards. La création de cette École supérieure des avait suscité espoir et espérance du fait que le Gabon, qui est couvert à plus de 80% de forêt, pouvait marquer l’envol de l’industrie du bois dans la sous-région et même sur le continent. Mais le chantier est resté à l’état de cheval blanc. Mieux, on invoque des surfacturations sur ce projet. Toute chose ayant amené le président de la transition à dire que «c’est trop pour un établissement scolaire». «Le prix a été exagéré», faisait remarquer le chef de l’État.

Le montant versé équivaut-il aux travaux réalisés ? La procédure de passation des marchés publics avait-elle été respectée ? Pourquoi le chantier a-t-il été interrompu ?

L’enquête devrait donc permettre de démêler le fil de l’écheveau autour de ce chantier ayant englouti plus de 10 milliards, mais laissé à l’abandon. Aussi, il permettra de voir sur quelle base ce contrat a été passé avec Ecowood SA, sous l’ancien régime, même si l’entreprise s’est engagée à finir les travaux.

En 2011 par le président Ali Bongo, à Makokou, avait annoncé la création de l’École supérieure des métiers du bois de Booué. Plusieurs années après cette annonce et le lancement des travaux, ce projet est devenu l’un des exemples de l’échec de l’ancien Exécutif.

L’École supérieure des métiers du bois de Booué, établissement à caractère professionnel, avait pour principale mission, la formation aux technologies et aux métiers de l’industrie du bois. Objectifs: former des ingénieurs de qualité qui s’occuperaient de toutes les étapes de la transformation du bois, notamment en cette période où le pays amorce véritablement la diversification de son économie.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Gabon, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here