Le Gabon frappe à la porte du Fagace

4
Le Gabon frappe à la porte du Fagace
Le Gabon frappe à la porte du Fagace

Africa-Press – Gabon. Le Gabon et la Guinée Équatoriale entendent emboîter le pas à leurs homologues de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) au sein du Fonds africain de garantie et de coopération économique (Fagace).

A l’exemple du Cameroun, Centrafrique, Congo, et Tchad, le Gabon et la Guinée Equatoriale souhaitent faire partie de la grande famille de l’institution internationale spécialisée dans la promotion des investissements publics et privés, le Fagace. L’annonce a été faite le 27 juin au président de la Commission de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale, le Pr Daniel Ona Ondo, par le directeur général de ce Fonds, Ngueto Tiraïna Yambaye.

« D’abord, je suis venu expliquer ce que fait le Fagace dans la zone Cemac. A ce jour, quatre pays de la sous-région font partie du Fagace et bientôt, deux autres vont y adhérer. J’ai donc sollicité auprès du Président de la Commission, que la Cemac joue un rôle important dans la mission qui est celle de mon institution au nom de l’Afrique », a déclaré le directeur général du Fagace.

Si aucun nom des futurs adhérents du Fagace, membre de la Cemac, n’a été révélé, il reste que le Gabon et la Guinée Équatoriale, demeurent les deux seuls pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale à ne pas encore être affiliés à cette institution internationale spécialisée dans la promotion des investissements publics et privés, créé le 10 février 1977 à Kigali.

Selon Ngueto Tiraïna Yambaye, le choix porter sur les économies de la Cemac, réside dans le fait que ces économies sont assez lourdes et le potentiel existe. «Les pays de la Cemac ont besoin des interventions du fonds pour pouvoir se réaliser rapidement», a-t-il indiqué.

Le Fagace compte aujourd’hui 14 Etats membre que sont le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la Centrafrique, le Congo-Brazzaville, la côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Rwanda, le Sénégal, le Tchad et le Togo. A l’origine, le fonds a été créé par les Etats pour renforcer les liens de coopération et de solidarité des pays membres, favoriser la croissance harmonieuse de leurs économies, offrir le maximum de sécurité aux capitaux étrangers et domestiques désireux de venir investir en Afrique.

Après toutes ces années au service du développement de ses 14 Etats membre, le Fonds affiche aujourd’hui des standards appréciables. Plus de 400 projets ont été financés grâce à la garantie du Fonds, pour plus de 2700 milliards de francs CFA aussi bien au profit des secteurs public que privé.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Gabon, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here