«Les TP ne faisaient rien» : la charge de Simplice Mouango contre Bounda Balonzi

2
«Les TP ne faisaient rien» : la charge de Simplice Mouango contre Bounda Balonzi
«Les TP ne faisaient rien» : la charge de Simplice Mouango contre Bounda Balonzi

Africa-Press – Gabon. Lors de son récent échange avec son électorat, le député du Parti démocratique gabonais (PDG) dans la Lolo-Wagna n’a pas été tendre avec l’ancien ministre des Travaux publics dont l’administration, selon lui, a été dissoute parce qu’elle «ne faisait rien», conformément aux attentes du chef de l’État.

S’ils appartiennent tous deux à la même formation politique, Simplice Mouango Bounguendza et Léon Armel Bounda Balonzi n’étaient visiblement pas sur la même longueur d’onde s’agissant des attentes d’Ali Bongo pour le bien-être des populations, notamment celles de l’intérieur du pays où la plupart des routes sont dans un piteux état. À la faveur de son récent compte rendu parlementaire à Koula-Moutou (Ogooué-Lolo), le député de la Lolo-Wagna n’a pas caché sa satisfaction quant à la dissolution du ministère des Travaux publics.

«Le problème de la route est un problème qui touche le chef de l’État. Pour preuve, vous vous êtes plaints, nous nous sommes plaints, même à l’Assemblée nationale nous ne faisons que nous plaindre : les TP (Travaux publics) ne font pas leur travail. Je l’ai dit ici. Alors, je vous annonce que le président de la République, sur la base de sa déception et de sa colère, a dissous le ministère des TP. Il a fermé ce ministère parce que celui-ci ne faisait rien», a déclaré l’élu national.

Le 12 septembre dernier, la Première ministre Rose Christiane Ossouka Raponda a en effet annoncé la dissolution du ministère des Travaux publics. Plus d’une fois, Ali Bongo avait exprimé sa colère quant à la lenteur dans l’exécution des chantiers. Les charges et prérogatives de l’ancien ministère ont été transférées à la Primature où a été créé un département dédié.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Gabon, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here