À la découverte des “Odeurs capitales” : Atmo Normandie lance une initiative pionnière

0
À la découverte des
À la découverte des "Odeurs capitales" : Atmo Normandie lance une initiative pionnière

Africa-Press – Gabon. À l’occasion de son 50e anniversaire, Atmo Normandie, l’observatoire de la qualité de l’air en Normandie, met en avant les odeurs avec son programme “Les Odeurs capitales”. Parmi les événements, vous êtes invités à participer à la Minute Internationale des Odeurs le 10 juin 2024 à 10h06 précisément. Celle-ci se déroulera tout près de chez vous, simplement sur le pas de votre porte ! Véronique Delmas, directrice de l’association, présente ce programme à Sciences et Avenir.

“Nous mettons en avant l’importance des odeurs dans la société”
Sciences et Avenir: Qu’est-ce que Atmo Normandie et quel est son rôle dans la région ?
Véronique Delmas: Atmo Normandie est une association agréée par l’État pour surveiller la qualité de l’air en Normandie. Notre mission, depuis 1974, consiste à surveiller, informer et accompagner les acteurs sur l’ensemble du territoire normand. À l’origine, la loi sur l’air de 1996 a prévu un organisme par région, agréé par le ministère de l’Écologie, pour cette surveillance.

La Haute-Normandie étant une région traditionnellement industrielle, nous avons été parmi les premiers en France à développer des réseaux de surveillance de la qualité de l’air, en parallèle avec des villes comme Fos-sur-Mer, par exemple. Nous sommes fiers de fêter nos 50 ans cette année.

Comment votre initiative des Nez habitants et des Nez industriels a-t-elle émergé il y a 25 ans ?

Notre ambition est de traiter également les questions liées aux odeurs, en particulier industrielles, dans notre région. Nous avons mis en place une initiative novatrice il y a 25 ans consistant à former des citoyens, appelés Nez normands, ainsi que des Nez industriels, à la reconnaissance des odeurs.

Grâce à un langage commun, le Langage des Nez, citoyens et industriels dialoguent, se comprennent et coopèrent pour améliorer leur cadre de vie commun. Cette approche coordonnée est unique au monde par sa dimension et sa durée. En cette année de célébration de nos 50 ans et des 25 ans des Nez Normands, nous mettons en avant l’importance des odeurs dans la société.

Comment votre organisation travaille-t-elle avec les odeurs dans le cadre de la loi de 1996 sur la pollution de l’air ?

La loi de 1996 définit la pollution de l’air en incluant les nuisances olfactives excessives. Aujourd’hui encore, pour caractériser les odeurs, nous travaillons avec les Nez car aucun instrument de mesure ne peut rivaliser avec leur sensibilité. En collaborant directement avec les habitants, qui sont les mieux placés pour identifier les odeurs gênantes, nous pouvons objectiver ces odeurs en termes d’intensité et de type, et établir un lien avec les processus industriels.

Cette approche permet d’aider les industriels à identifier les zones nécessitant des améliorations, d’installer des biofiltres par exemple, et de suivre objectivement l’impact de leurs actions. Mais pour parvenir à ce résultat, il était essentiel d’avoir “un langage des odeurs” pour en parler de façon objective.

“Contrairement aux couleurs ou à la musique, il n’existe pas de langage universel pour décrire les odeurs”
En quoi la création d’un langage des Nez peut-il contribuer à une meilleure compréhension et à une sensibilisation accrue du grand public aux questions liées à la qualité de l’air et aux nuisances olfactives dans votre région ?

Les personnes formées à la reconnaissance des odeurs sont capables de décrire les odeurs qu’elles sentent et de communiquer à leur sujet. Cette capacité est cruciale car la plupart des individus ont souvent un vocabulaire limité pour décrire les odeurs, ce qui les conduit à utiliser des évocations.

Nous avons tous déjà comparé une perception olfactive à un souvenir, mais malheureusement, cela ne permet pas toujours de transmettre l’expérience olfactive, car les souvenirs sont souvent subjectifs. Contrairement aux couleurs ou à la musique, il n’existe pas de langage universel pour décrire les odeurs.

Photo d’enfants formés au langage des Nez. Crédit: Atmo Normandie

Ainsi, six classes de l’agglomération rouennaise bénéficieront d’un accompagnement spécifique de janvier à juin pour acquérir un vocabulaire commun et apprendre à décrire les odeurs de manière objective. La participation est simple: un carnet et un stylo, en étant seul pour mieux appréhender ses sensations, sans être influencé par le groupe, et en décrivant librement tout ce que l’on ressent.

Qu’est-ce que “Les Odeurs Capitales” et comment participer à la Minute Internationale des Odeurs ?

Notre programme intitulé “Les Odeurs capitales” comprend cinq volets: la compétition des Nez d’Or, une “rando-Nez”, une exposition, un colloque et, en point d’orgue, la Minute Internationale des Odeurs le 10 juin 2024 à 10h06. Lors de la Minute Internationale des odeurs, l’objectif est d’ouvrir ce projet au plus grand nombre en proposant à tous ceux qui le souhaitent de prendre un moment pour sentir à l’occasion de la Journée Internationale du Bien-être. Car l’odorat et le bien-être sont étroitement liés, comme beaucoup ont pu l’expérimenter en étant privé de ce sens pendant la pandémie de Covid-19.

Tout le monde en France et à l’étranger est invité à participer. Il s’agit d’une expérience sensorielle et d’écriture collective facile à mettre en œuvre. Il suffit de sortir, de marcher dehors et d’utiliser son nez. Dès qu’une odeur est perçue, il est demandé de la décrire sur un bristol. Tous les bristols qui nous seront transmis à Atmo Normandie seront exposés durant l’été 2024 au Pavillon des Transitions à Rouen et serviront pour initier une cartographie des odeurs à grande échelle.

“Redécouvrir son sens de l’odorat et contribuer à une réflexion collective”
Vous présentez l’odorat comme le “parent pauvre” des sens, pourquoi ?

L’odorat est souvent négligé dès l’école, contrairement aux couleurs, par exemple, qui font l’objet d’un enseignement spécifique. En outre, l’odorat est peu exploré dans les pratiques artistiques, ce qui le relègue à une position minoritaire dans le domaine de l’art.

Bien que les choses évoluent, notamment avec des expositions mettant en avant les parfums, telles que l’exposition “Parfums d’Orient” à l’Institut du Monde Arabe à Paris. Il reste encore beaucoup à faire pour valoriser pleinement cet aspect sensoriel.

Participer à cette expérience collective permet donc de redécouvrir son sens de l’odorat et de contribuer à une réflexion collective sur ce sens souvent négligé.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Gabon, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here