Découverte d’un serpent préhistorique “exceptionnellement grand” en Inde

2
Découverte d'un serpent préhistorique
Découverte d'un serpent préhistorique "exceptionnellement grand" en Inde

Africa-Press – Gabon. Des scientifiques ont découvert des fossiles géants de reptile, sur un territoire qui appartient aujourd’hui à l’Inde. Ils suggèrent qu’ils appartenaient au plus grand serpent connu de la période chaude de l’Éocène. L’animal, de la taille d’un bus, aurait vécu il y a 47 millions d’années.

Plus grand que les anacondas ou les pythons actuels, dont la taille peut atteindre jusqu’à six mètres environ, ce gigantesque serpent est probablement l’un des plus grands à avoir jamais vécu sur Terre.

C’est au cours de fouilles menées dans une mine de charbon de l’État du Gujarat, dans l’ouest de l’Inde, que les scientifiques ont découvert les 27 vertèbres géantes fossilisées qui font aujourd’hui l’objet d’une étude publiée jeudi 18 avril dans la revue Scientific Reports.

Un serpent dont la taille aurait pu atteindre 15 mètres

Selon les deux auteurs de l’analyse scientifique, basés à l’Institut indien de technologie Roorkee dans l’État de l’Uttarakhand, le serpent, baptisé Vasuki indicus, en hommage au cobra mythique enroulé autour du cou de la divinité hindoue Shiva, mesurait entre 10,9 et 15,2 mètres de long, avec un corps large et cylindrique. “Les vertèbres semblaient appartenir à un animal adulte”, précisent les scientifiques.

Les spécialistes ont initialement cru à la découverte d’une créature ressemblant à un crocodile, avant de comprendre en 2023 qu’il s’agissait en fait des restes “d’un serpent exceptionnellement grand”. Toujours selon l’étude, le serpent analysé était probablement un prédateur lent qui maîtrisait ses proies via un procédé de constriction, jusqu’à ce que mort s’ensuive.

L’équipe en charge de l’analyse du fossile a pu déduire que Vasuki évoluait dans un climat tropical et chaud, probablement à proximité d’un marécage.

Comment expliquer une taille aussi importante ?

Plusieurs raisons sont évoquées pour expliquer le gigantisme du serpent retrouvé. “Ça peut être un environnement favorable avec de nombreuses ressources alimentaires, le manque de prédateurs naturels ou encore la prévalence de conditions climatiques plus chaudes qu’actuellement”, ont détaillé auprès de CNN les co-auteurs Debajit Datta, chercheur, et Sunil Bajpai, professeur de paléontologie.

Le squelette entier de l’animal n’ayant pas été retrouvé, les scientifiques insistent sur le fait que les estimations liées à la longueur du serpent devaient malgré tout “être traitées avec prudence”.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Gabon, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here