Menace de grève du 11 janvier  dans les secteurs du Pétrole et  de l’eau : les syndicats s’en remettent à Ali Bongo

3
Menace de grève du 11 janvier  dans les secteurs du Pétrole et  de l’eau : les syndicats s’en remettent à Ali Bongo
Menace de grève du 11 janvier  dans les secteurs du Pétrole et  de l’eau : les syndicats s’en remettent à Ali Bongo

Africa-Press – Gabon. Les Syndicats des secteurs du Pétrole et de l’eau du Gabon qui menacent d’entrer en grève générale le 11 janvier 2022 pour protester contre le nouvel arrêté n°0685/PM du 24 décembre 2021 fixant les nouvelles restrictions contre le Covid-19, jugées déshumanisantes, similaires à celui (0559/PM du 25 novembre) qui a été annulé le 24 décembre par la Cour Constitutionnelle, ont transmis leur préavis de grève au Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba afin de trancher sur l’épineuse question.

Les Syndicats des secteurs du Pétrole et de l’eau du Gabon qui menacent d’entrer en grève générale le 11 janvier 2022 pour protester contre le nouvel arrêté n°0685/PM du 24 décembre 2021 fixant les nouvelles restrictions contre le Covid-19, jugées déshumanisantes, similaires à celui (0559/PM du 25 novembre) qui a été annulé le 24 décembre par la Cour Constitutionnelle, ont transmis leur préavis de grève au Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba afin de trancher sur l’épineuse question.

« Comptant sur votre précieuse implication pour un dénouement heureux à cette crise, nous vous prions d’agréer, excellence, monsieur le Président de la République, l’expression de notre haute considération »

, a plaidé le prévis signé de trois syndicats concernés.

Il s’agit notamment de l’Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP), du Syndicat national des travailleurs du secteur de l’eau et électricité (SYNTEE+) et du Syndicat des employés ex employés retraités du pétrole et activités connexes (SEERPAC).

Ces organisations syndicales dénoncent l’obligation vaccinale contre le Covid-19 exigée par les entreprises pétrolières et celles du secteur de l’eau et de l’électricité à leurs employés. Une approche qui, selon les syndicats et la société civile, viole la constitution.

Camille Boussoughou

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Gabon, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here