Projet de loi sur la gestion durable des déchets au Gabon : le ROSCEVAC plaide pour une fiscalité incitative

2
Projet de loi sur la gestion durable des déchets au Gabon : le ROSCEVAC plaide pour une fiscalité incitative
Projet de loi sur la gestion durable des déchets au Gabon : le ROSCEVAC plaide pour une fiscalité incitative

Africa-Press – Gabon. Le président du Réseau des organisations de la société civile pour l’économie verte en Afrique Centrale (ROSCEVAC), Nicaise Moulombi, a, durant une table ronde organisée ce 26 décembre 2023 à l’assemblée nationale à Libreville, exhorté les députés à adopter le projet de loi sur la gestion durable des déchets en République gabonaise, lequel arsenal juridique et réglementaire en cours d’examen permettra de créer une valeur économique sur ces déchets, notamment le plastique.

« Que les pouvoirs publics valident et adoptent la loi sur la gestion durable des déchets en procédant à la fermeture de la décharge à ciel ouvert de Mindoubé, pour ne citer que celle de la capitale, en mettant en place un centre de valorisation des déchets », a proposé M. Moulombi dans son plaidoyer.

Dans cette future loi, le ROSCEVAC en partenariat avec la Francophonie et l’Union africaine, veut que les parlementaires mettent en place une disposition sur la « fiscalité incitative, qui s’appliquerait aux producteurs des sachets plastiques ».

Durant cette table ronde, l’expert mis à contribution par le ROSCEVAC pour édifier les parlementaires, a, relevé que le cadre de vie dans la capitale Libreville se trouve de plus en plus menacé par la prolifération des déchets urbains découlant de « l’accroissement de sa population ».

Libreville a une population estimée près de 900 000 habitants en 2023 pour un accroissement démographique de 1,5% par an. Une population qui produit plus de 600 tonnes des déchets par jour, selon les données de Clean Africa, entreprise spécialisée dans la collecte et le ramassage des ordures ménagères.

Outre la loi 007/2014, relative à la protection de l’environnement (révisée en 2014), il faut, selon le spécialiste, une loi spécifique pour mieux gérer durablement ces déchets qui sont déverser dans, en dehors de la décharge de Mindoubé qui est complétement saturée et dangereuse pour la santé des riverains , mais également dans les six (06) bassins versants ( La Lowé, le Ngounie, le Batevea, la Wondo, l’Arambo et le Guegue) qui ceinturent la capitale gabonaise.

Sydney IVEMBI

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Gabon, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here