« Je vois trop souvent de l’hypocrisie, sur le continent africain », Macron sur la guerre en Ukraine

5
« Je vois trop souvent de l’hypocrisie, sur le continent africain », Macron sur la guerre en Ukraine
« Je vois trop souvent de l’hypocrisie, sur le continent africain », Macron sur la guerre en Ukraine

Africa-Press – Guinee Bissau. Lors de sa visite au Cameroun, Emmanuel Macron s’est offusqué du choix fait par l’Afrique à ne pas rester dans une logique de subordination l’obligeant à choisir une puissance plutôt qu’une autre, dans le conflit qui oppose la Russie à l’occident sur le territoire ukrainien.

Le Président Français Emmanuel Macron, en tournée africaine, est revenu sur la position de l’Afrique dans la guerre en Ukraine. Le chef de l’Élysée voit d’un mauvais œil la reconfiguration de l’ordre international post-guerre froide, qui se traduit actuellement par une réduction de « l’emprise du camp occidental » sur le monde. Mais, au lieu de reconnaitre l’auto-détermination de la jeunesse africaine et la fin du paternalisme français, Emmanuel Macron s’est plutôt pris à l’agenda russe en Afrique.

S’exprimant en conférence de presse, Emmanuel Macron a dénoncé ce qu’il appelle «l’hypocrisie» sur le continent africain. «Le choix qui a été fait par les Européens premièrement n’est en aucun cas de participer à cette guerre mais de la reconnaître et de la nommer, là où je vois trop souvent de l’hypocrisie, en particulier sur le continent africain (…) à ne pas savoir qualifier une guerre» lancée par la Russie, «parce qu’il y a des pressions diplomatiques, je ne suis pas dupe», a affirmé le président français dans une conférence de presse commune à Yaoundé avec son homologue camerounais Paul Biya.

Il a souligné que l’Union européenne avait décidé de «tout faire pour stopper cette guerre sans y participer» et sanctionner «la Russie pour bloquer son effort de guerre» et «l’isoler diplomatiquement». «C’est là où nous avons besoin de vous, parce que sinon, ce schéma (d’invasion d’un pays comme l’Ukraine, NDLR) se reproduira à l’envie. Ce n’est pas l’ordre international que nous voulons, qui repose sur la coopération et le respect de la souveraineté de chacun», a poursuivi Emmanuel Macron.

Le président français a affirmé que la France était «le pays qui s’est le plus engagé pour des États africains à leur demande pour leur sécurité» mais «dans un cadre clair, à la demande d’un État souverain et pour lutter contre le terrorisme». Selon lui, «ce cadre n’a plus été rempli après le coup d’État militaire au Mali».

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinee Bissau, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here