Burundi : Patrick Ngoga, le samaritain des handicapés

2
Burundi : Patrick Ngoga, le samaritain des handicapés
Burundi : Patrick Ngoga, le samaritain des handicapés

Africa-Press – Guinee Bissau. Les Burundais vivant avec un handicap physique n’ont plus besoin de s’envoler pour l’étranger pour retrouver leur mobilité. Grâce à Patrick Ngoga, ils peuvent trouver localement du matériel orthopédique, gratuitement ou à bas prix.

« Redonner le sourire à ses concitoyens vivant avec un handicap physique », c’est ce qui a poussé Patrick Ngoga, orthoprothésiste à rentrer dans son pays natal, après sa spécialisation en appareillage orthopédique à l’étranger.

Avec sa devise “Lève-toi, marche’’, il lance en 2018 la Fondation Patrick Ngoga, l’unique structure dans le pays spécialisée dans la fabrication de différents appareils orthopédiques.

Une concrétisation d’un rêve d’enfance : « J’ai grandi dans des centres des handicapés. Et j’ai toujours souhaité apprendre comment soigner mes amis handicapés.

Et j’ai eu de la chance, j’ai reçu une bourse pour étudier au Japon l’appareillage orthopédique. Après ma spécialisation, je suis rentré pour servir mes concitoyens handicapés et former les autres », explique-t-il, fièrement, à l’Agence Anadolu.

Lui aussi handicapé physique dès sa jeune enfance suite à une mauvaise piqûre qui a touché son nerf sciatique, il signale qu’avant sa fondation, pour avoir des prothèses, on devait prendre l’avion vers l’Afrique du Sud, l’Europe, l’Inde, le Kenya, etc.

« C’était très difficile d’avoir des prothèses, on devait vendre une terre familiale ou cotiser. Aujourd’hui, c’est moins cher voire gratuit.

Le ticket d’avion, les frais de séjour coûtaient 5000 dollars pour des prothèses de l’Inde mais ici on paie seulement autour de 500 dollars américains », note-il. Et de noter que plusieurs personnes; comme les orphelins ou ceux qui ont des certificats d’indigence, reçoivent ces matériels gratuitement.

Pour ceux qui ont plus de moyens, poursuit-il, la fondation a mis en place une branche appelée Centre International orthopédique qui leur fournit ce matériel à bas prix.

Sis à Kigobe, au nord de Bujumbura, ce centre reçoit au moins une cinquantaine d’unijambistes par mois. Par les mains ‘’bénites’’ de Patrick Ngoga, ils rentrent en marchant, satisfaits, sourires aux lèvres.

Ce qu’il accomplit avec l’aide d’autres handicapés qu’il a formés, sur place, en appareillage orthopédique. Et pour confectionner une prothèse, il y a des étapes à suivre : « Normalement, tout commence par la prise des mesures du patient », raconte Patrick Ngoga.

Ce qui dure au moins jusqu’à sept jours dans un atelier : « Après avoir pris les mesures du patient, nous commençons par le moulage. Là, on y fabrique ce qu’on appelle moule.

Après, on prend un plastique, on le fait chauffer dans un four orthopédique. Après le chauffage, le plastique devient mou. Et on l’applique sur le moule.

Vient alors le moment de l’assemblage », décrit Ngoga, précisant qu’après toutes ces étapes, le patient peut cette fois-ci tester sa prothèse. En quatre ans d’existence, la Fondation Patrick Ngoga a déjà équipé plus de 700 personnes en appareils orthopédiques.

– Redonner le sourire, redonner vie Au centre Ngoga, on y trouve des hommes, des femmes, des jeunes présentant différents types de handicap physique.

Chaque matin, ils sont plusieurs dizaines à s’y diriger. Et ils ne rentrent pas déçus : « Je venais de passer 17 ans sans marcher. J’étais très malheureux.

Et voilà, je viens de retrouver ma mobilité. Maintenant, je veux encore une fois porter un pantalon », se réjouit Yves Habonimana, un bénéficiaire d’une prothèse gratuitement.

Souriant, il ajoute : « Mon cœur est très fier pour avoir retrouvé ma mobilité à deux jambes comme les autres. Sans mentir, je n’ai rien payé. Je n’ai pas d’argent.

Je remercie la Fondation Ngoga Patrick qui vient de me redonner la vie, le sourire ». Habonimana a eu un accident de la route et a été amputé des deux jambes.

Il n’est pas le seul à remercier cette fondation. Fini le calvaire pour Emmas Nduwumwami, un autre bénéficiaire : « C’est vraiment la joie. Tout matériel était commandé de l’étranger.

Que cette fondation aille de l’avant ». Lui, il devait faire des commandes à Nairobi, au Kenya, pour 400 dollars américains pour les deux prothèses pour ses jambes.

Et la Fondation Patrick Ngoga lui a fourni ce matériel gratuitement. C’est la joie aussi chez Chartier Bimenyimana, un handicapé de guerre : « Je me sens à l’aise.

Je suis très content. Je marchais avec des béquilles, sans porter de pantalon. Mais, je vais porter de nouveau un pantalon. Je venais de passer quatre ans sans marcher.

Mille mercis à cette fondation ». Pour réaliser toutes ces actions, la Fondation Patrick Ngoga bénéficie du soutien des bienfaiteurs. Même le ministère de la Défense passe des commandes de prothèses pour les anciens combattants et les militaires en situation de handicap.

Selon son fondateur, les demandes ne cessent d’augmenter. En vue d’atteindre plus de monde, même en milieu rural, Patrick Ngoga compte installer une clinique mobile.

La même Fondation offre des services aux étrangers surtout des patients en provenance de l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), en proie aux groupes rebelles.

Au Burundi, d’après le dernier recensement général de l’habitat et de la population qui remonte à 2008, plus de 360 mille personnes souffrent d’un handicap majeur.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinee Bissau, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here