L’Afrique vue à la « lorgnette russe » par Sergueï Lavrov : Pour quels objectifs ? (2/2)

12
L’Afrique vue à la « lorgnette russe » par Sergueï Lavrov : Pour quels objectifs ? (2/2)
L’Afrique vue à la « lorgnette russe » par Sergueï Lavrov : Pour quels objectifs ? (2/2)

Anouar CHENNOUFI

Africa-Press – Guinée. Les objectifs de la visite de Sergueï Lavrov dans les quatre pays africains « Egypte, Congo, Ouganda, Ethiopie » sont ainsi décortiqués :

• Montrer que la Russie n’est pas isolée internationalement par son attaque militaire contre l’Ukraine, qui est un message de réassurance adressé d’abord à l’intérieur russe, que Moscou pratique sa politique étrangère conformément à ses intérêts en Afrique et au Moyen-Orient, et rassurer ses alliés dans sa profondeur stratégique par la crise alimentaire à laquelle les pays africains sont confrontés en raison du manque d’approvisionnement en blé russe et ukrainien n’est qu’un nuage estival passager.

• Mettre en exergue la position de la Russie sur la scène internationale et le fait qu’elle n’est plus un pays qui souffre du poids de l’effondrement de l’Union soviétique.

• Montrer que la Russie est une amie et un partenaire stratégique avec les pays africains et que leur relation est mutuellement bénéfique et ne découle pas d’un héritage colonial en dessinant de douloureuses calamités.

• Le soutien de la Russie à la proposition d’accorder un siège permanent aux pays africains à l’ONU (Conseil de sécurité), ce qui leur donnerait une plus grande influence aux Nations Unies.

D’un autre côté, pour les pays africains, la visite de Lavrov est d’une importance primordiale et peut se résumer elle aussi dans les points suivants :

• Profiter des investissements russes vers les pays africains et ne pas rester dans les bras de l’Occident et de l’Amérique pour la période à venir, qui est pleine de fluctuations géopolitiques mondiales.

• La confirmation de ne pas tomber dans le piège des conflits entre les grandes puissances, Est et Ouest, et de rester dans la zone de neutralité (la voie indépendante), selon les déclarations de Lavrov après la fin de ses rencontres avec les dirigeants des pays africains.

• La sensation des dirigeants de nombreux pays africains que le temps de l’impérialisme qui régnait et dominait le cours de la situation en Afrique est révolu. De ce point de vue, il est nécessaire de rechercher des alliés stratégiques et des partenaires internationaux dans l’équation mondiale qui ont la capacité de répondre davantage aux exigences de l’Afrique que d’attirer d’énormes investissements, et sans s’immiscer dans leurs affaires intérieures, que ce soit en pratiquant des interventions militaires pour renverser les régimes africains, en particulier ceux qui sont au pouvoir depuis des décennies et n’ont pas encore répondu aux conditions de la démocratie occidentale, ou en faisant pression sur l’intérieur et créant une confusion qui se termine par le renversement du régime de l’intérieur, avec des révolutions par des dictateurs africains affamés et rancuniers.

L’avenir des relations afro-russes à la lumière des mutations internationales

Il importe de rappeler que le président russe Vladimir Poutine avait déclaré un jour que : « Le renforcement des relations avec les pays africains est l’une des priorités de la politique étrangère russe », et cela a été dit dans son discours prononcé lors du sommet russe tenu à Sotchi en 2019, en présence de plusieurs dirigeants et des représentants des pays africains, qui est le premier sommet africain – russe qui a souligné l’intérêt de Moscou pour le continent après une longue période pendant laquelle la Russie était absente du théâtre africain, mais avec le Kremlin qui revient lentement au cœur de l’Afrique, on remarque qu’une nouvelle guerre froide commence à grincer les dents dans l’arène internationale, notamment en Afrique, qui a représenté une arène pour la guerre froide entre l’Union soviétique et l’OTAN.

L’avenir du positionnement de la Russie en Afrique et des outils d’influence du Kremlin sur la scène africaine passe par le renforcement de ses relations avec les pays du continent, malgré la concurrence chinoise prépondérante en Afrique métropolitaine.

C’est pourquoi, les déterminants et les mécanismes de l’influence future de Moscou sur le continent peuvent se limiter aux aspects suivants :

Le commerce des armes

Echantillon d’armes russes

Si le dragon chinois est entré dans l’univers de l’Afrique grâce à ses marchandises commerciales bon marché et à ses énormes investissements en Afrique, le commerce des armes pour le Kremlin est la magie par laquelle il attire les pays africains, sachant que le commerce des armes russe est devenu plus populaire sur le continent que les puissances dominantes. La Russie a réussi à devenir le plus grand exportateur d’armes vers l’Afrique, représentant environ 49 % de ses exportations totales vers le continent, et sa part est d’environ 37,6 % du marché africain des armes, suivie par les États-Unis 16 %, la France 14 %, et la Chine 9%, en plus des relations de défense en constante croissance entre l’Afrique et la Russie. Depuis 2014, Moscou a signé des accords de coopération militaire avec environ 19 pays africains, et la Russie a conclu des accords avec l’Angola, le Nigeria, le Soudan, le Mali, le Burkina Faso et la Guinée équatoriale en 2017 et 2018. Ces accords portent sur l’exportation d’avions de combat, d’hélicoptères de transport et de combat, de missiles antichars et de moteurs d’avions de combat.

A noter que les raisons de la demande d’armes russes par les pays du continent sont ainsi traduites :

• L’avantage des armes russes est qu’elles rentrent dans les budgets des pays africains et ne leur coûtent pas cher.

• Moscou n’oblige pas les pays africains, avec lesquels il a des accords de sécurité et se nourrissent d’armes, à protéger les droits de l’homme, et ne s’immisce pas dans leurs affaires intérieures pour réaliser les conditions d’une transition démocratique sur le continent.

Par exemple, en 2014, des soldats du gouvernement nigérian ont été accusés d’atteintes aux droits humains contre des suspects dans la lutte du pays contre Boko Haram, après quoi les États-Unis ont annulé une livraison d’hélicoptères d’attaque, alors que l’accord était déjà signé.

Mais la même année, le Nigeria a passé une commande à la Russie et en a reçu six hélicoptères de combat Mi-35M. Un scénario similaire s’est également produit en Égypte après le coup d’État militaire de 2013. Les États-Unis ont commencé à couper l’aide militaire et les livraisons d’armes au pays. Cela a laissé à la Russie et à la France (un autre grand exportateur d’armes) une opportunité, ce qui l’a incitée à intensifier rapidement les transferts d’armes vers l’Égypte, où les exportations de la Russie ont représenté 31 % des importations d’armes de l’Égypte entre 2009 et 2018.

• L’armement russe actuellement disponible est identique aux armes que l’Union soviétique fournissait aux pays du continent, de sorte que la réparation de ses défauts est facile et ne nécessite pas de techniques coûteuses.

Diplomatie mercenaire

Le groupe russe privé Wagner proche du Kremlin

Le groupe paramilitaire privé de Wagner, déployé dans plusieurs pays africains, est quant à lui l’un des outils du rayonnement de Moscou dans ses incubateurs sur le continent africain. Les missions qui lui sont confiées sont multiples, et représentées dans le domaine militaire et sécuritaire lié à la participation au combat, à la formation des unités et à la protection, et sa présence est concentrée dans une dizaine de pays africains, à savoir : le Soudan, la Centrafrique, la Libye, le Zimbabwe, l’Angola, le Madagascar, la Guinée, le Mozambique et la République démocratique du Congo, sans oublier le Mali récemment.

Mais la propagation de Wagner est apparue sur la carte africaine au public lors de la guerre dont la Libye a été témoin entre le maréchal Khalifa Haftar et l’armée libyenne, où les intérêts russes les obligeaient à intervenir militairement pour résoudre la bataille en faveur de leurs alliés ou à pratiquer des « outils diplomatiques alternatifs » pour rapprocher les positions, afin de protéger leurs intérêts, sachant que les investissements russes en Libye à l’époque de Mouammar Kadhafi ont dépassé le plafond de 15 milliards de dollars et ont cherché à conclure l’accord sur les armes de 4 milliards de dollars à la lumière de l’embargo imposé à la Libye par les Nations Unies.

Cependant, ses efforts ont échoué après la défaite de Khalifa Haftar dans les sanglantes batailles de Tripoli, en 2020. Le groupe Wagner est remarquablement répandu à la fois en République centrafricaine et au Soudan, dans le but de faire de la contrebande d’or et de la prospection de minerais, pour gagner un pourcentage spécifique des revenus générés par ces pays.

Projets énergétiques et miniers

L’intérêt de l’Afrique pour l’énergie s’est manifesté à deux moments historiques :

• Le premier, après la guerre d’octobre 1973 entre les pays arabes et Israël, lorsque six membres arabes de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole ont annoncé l’interdiction des exportations vers les pays soutenant Israël, en particulier les États-Unis. A cette époque, le prix du pétrole a quadruplé pour atteindre 11,65 dollars le baril ;

• Le second a eu lieu en mars 2014, peu après l’annexion par la Fédération de Russie de la péninsule ukrainienne de Crimée. Dans le second courant, les pays occidentaux ont pris conscience du danger de la dépendance du continent européen vis-à-vis du gaz russe et, il y a huit ans, ils ont commencé à chercher des alternatives, dont le rythme a été accéléré par la récente guerre russe contre l’Ukraine.

A noter que depuis le début du deuxième millénaire, les entreprises russes dans le domaine de l’énergie et des mines ont commencé à entrer en concurrence féroce avec leurs homologues européens, chinois et américains en Afrique, et l’essentiel du travail de ces entreprises russes est concentré dans le Nord et l’Ouest de l’Afrique, à la recherche d’accords commerciaux, et Gazprom a investi environ 500 millions de dollars dans ses projets de production d’énergie en Afrique, y compris la production de gaz en Namibie. Par ailleurs, la société Lukoil a mis en œuvre des projets de production de pétrole dans les pays d’Afrique de l’Ouest, notamment au Nigeria, au Cameroun et dans les pays du golfe de Guinée. Le volume total de ses investissements est estimé à plus d’un milliard de dollars.

Dans le domaine de l’énergie nucléaire, de nombreuses entreprises publiques russes telles que Gazprom, Lukoil, Rosteg et Rosatom sont réparties dans les pays africains, et la plupart des projets énergétiques de ces entreprises sont concentrés en Algérie, en Angola, en Égypte, au Nigéria et en Ouganda. Par exemple, Rosatom a signé des mémorandums et des accords pour le développement de l’énergie nucléaire avec 18 pays africains, dont l’Égypte, le Ghana, le Kenya, la Zambie, le Rwanda, le Nigeria et l’Éthiopie, et cette société a également bénéficié de la construction de quatre réacteurs nucléaires VVER de 1 200 MW en Égypte, pour une enveloppe globale de construction et de maintenance de 60 milliards de dollars avec un prêt russe d’un montant de 25 milliards de dollars et un intérêt annuel de 3 % du volume des revenus.

D’autre-part, dans le domaine minier, les entreprises russes sont actives dans la prospection des minéraux, en raison de leur besoin urgent d’obtenir certains minéraux de base pour le développement de leurs industries, notamment le manganèse, la bauxite et le chrome.

En Guinée, la société russe “Rusal” pour la production d’aluminium extrait la bauxite du réservoir « Friguia », en plus d’investir dans le réservoir « Dian Dian ». Le volume de ses projets d’investissement s’élève à plus de 300 millions de dollars.

Renova extrait également des minerais en Afrique du Sud, au Gabon et au Mozambique, avec un volume total d’investissements de plus d’un milliard de dollars, et Rusal détient une participation de 85 % dans la société d’aluminium Alescon au Nigeria, et Nordgold extrait de l’or au Burkina Faso et en Guinée.

En outre, malgré l’expansion russe en Afrique, cette présence de premier plan ne va pas sans de nombreux défis. Plus elle étend son influence militaire et commerciale auprès des pays africains, plus les défis seront comme des champignons. L’absence de précision sur un calendrier pour la mise en œuvre de certains projets, en particulier les projets d’énergie nucléaire, limiteront la capacité de Moscou à s’étendre à l’avenir dans la région du continent, et les effets de son invasion de l’Ukraine lui imposeront davantage de restrictions économiques et limiteront sa liberté de mouvement et d’investissement en Afrique. Cela affecte également négativement la possibilité que le groupe Wagner reste plus longtemps sur le continent si la bataille qui fait rage entre la Russie et l’Occident en Ukraine n’est pas résolue rapidement.

L’hémorragie économique et militaire du coût de la guerre avec Kiev, qui entrera bientôt dans son septième mois, sera exorbitante pour le Kremlin, en plus d’autres défis auxquels l’administration Poutine est confrontée de la part des pays occidentaux, qui ont un pouvoir et une influence historiques en Afrique, outre les énormes investissements chinois, qui représentent la véritable préoccupation de l’Occident plus que la présence russe représentée par les mercenaires wagnériens et les investissements russes qui ne dépassent pas un pour cent seulement par rapport à la taille des investissements de l’Occident.

Au final, la visite du ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, dans plusieurs pays africains ayant un poids géopolitique et stratégique sur le continent a reflété une nouvelle orientation russe vers l’Afrique, et porté une grande importance pour les Africains qui peut se traduire par le fait que « l’ours russe » a plus de crédibilité pour honorer ses promesses avec les pays africains, cependant, la force et la présence future de Moscou sur le continent dépendent de la gravité des ambitions de Poutine en Afrique et de la volonté de la Russie de faire les importants investissements financiers qu’elle a promis de mettre en œuvre dans de multiples secteurs.

Mais l’avenir de Moscou et sa montée en puissance en Afrique restent tributaires d’une diversification de ses relations avec les Africains sans se focaliser sur le commerce des armes, et du basculement automatique des engins de destruction qu’il distribue aux prix les plus bas vers d’autres de grande influence dans le cadre du développement d’une nouvelle stratégie, pour approfondir son partenariat économique, y compris l’énergie et la commercialisation de ses céréales, médicaments et d’autres domaines tels que la numérisation, la technologie et la mise en œuvre de projets culturels et de développement, et c’est ce qui peut enraciner son avenir dans le continent brun et assurer son acceptation de la part des Africains, à condition que Moscou améliore ses options d’existence et ses facteurs de survie qui répondent aux besoins des peuples africains laborieux.

En conclusion, il faut prendre en considération le fait que la perspective libérale et la politique étrangère de la Russie envers l’Afrique diffèrent de celles adoptées par les pays occidentaux envers le continent, du fait qu’il s’agirait d’un prolongement naturel de pays occidentaux tels que la France et la Grande-Bretagne en vertu de l’héritage colonial traditionnel, et non d’un point de vue stratégique et dans un monde changeant déterminé par de nouvelles vicissitudes.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinée, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here