Dalein et ses alliés optent pour la fermeté : ‘’le colonel Doumbouya ne fera pas 30 secondes au-delà des 24 mois de transition’’

1
Dalein et ses alliés optent pour la fermeté : ‘’le colonel Doumbouya ne fera pas 30 secondes au-delà des 24 mois de transition’’
Dalein et ses alliés optent pour la fermeté : ‘’le colonel Doumbouya ne fera pas 30 secondes au-delà des 24 mois de transition’’

Africa-Press – Guinée. Cellou Dalein Dallo et ses alliés réunis au sein de l’Alliance nationale pour l’alternance et la démocratie (ANAD) dénoncent la conduite unilatérale de la transition par le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD). Ils excluent toute option de glissement de calendrier au terme de la transition en décembre 2024.

Lors d’une conférence de presse animée le mercredi 29 novembre à Conakry, le responsable des coordination de l’UFDG à l’intérieur du pays , Cellou Balde a dénoncé l’absence de volonté de la junte militaire de favoriser le retour rapide à l’ordre constitutionnel.

‘’On les avait mis en garde en leur disant que plus une transition est longue, plus c’est mauvais pour ceux-là qui gèrent la transition. Aujourd’hui, ce sont des initiatives purement politiques et populistes qu’on voit’’, martèle-t-il.

Il fait remarquer qu’au début de l’année 2022, ‘’il y avait 7 coalitions politiques. Aujourd’hui, on parle de 23 coalitions politiques et de 5 faitières de la société civile. Mais comme jusqu’à présent, les véritables forces vives de la nation n’ont pas accepté de se taire et de se plier aux désidératas du CNRD, on cherche toujours des poux sur un crane rasé. Donc, pour moi, c’est une réponse politique qu’il faut apporter à cela. Que le CNRD et les autorités de la transition, notamment le ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation, sachent que cela ne peut pas nous distraire’’.

Il prévient qu’aucun glissement ne sera accepté par l’ANAD. ‘’Pour nous, il n’y aura pas de glissement. Le colonel l’a dit et l’a réitéré. Son porte-parole l’a réaffirmé. Il ne fera pas 30 secondes au-delà des 24 mois de transition. Les 24 mois arrivent à échéance le 31 décembre 2024. En janvier 2025, nous allons procéder à l’investiture du président élu’’.

Il exhorte au CNRD à arrêter sa ‘’fuite en avant. Il est temps de respecter l’article 77 de la charte de la transition, de faire appel aux véritables forces vives de la nation pour qu’on se dise les vérités en face. Ils savent très bien que ce n’est pas une transition qu’ils sont en train de conduire et que la véritable transition a déjà devié de son chemin’’.

‘’Il est temps qu’on se retrouve pour qu’on dise si en 45 ou 60 jours on peut réviser le fichier existant pour doter notre pays d’un fichier électoral. Est-ce qu’en 90 jours, on va organiser le référendum constitutionnel pour que nous puissions, parce que c’est bien possible, organiser toutes les élections en un jour dans notre pays’’, suggère-t-il.

Pour y arriver, l’ex-parlementaire estime qu’il faut ‘’renforcer la transparence des élections pour qu’à travers une plate-forme digitale, on puisse avoir tous les procès-verbaux à partir d’un bureau de vote. On aura besoin d’une commission de réception et de transmission des résultats. Avec ce dispositif digital, nous organiserons au moins 5 scrutins en même temps et le même jour’’.

Salimatou BALDE

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinée, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here