Le général Baldé à propos du camp Kaléya : ‘’On m’a dit de ne pas mettre les pieds là-bas’’

0
Le général Baldé à propos du camp Kaléya : ‘’On m’a dit de ne pas mettre les pieds là-bas’’
Le général Baldé à propos du camp Kaléya : ‘’On m’a dit de ne pas mettre les pieds là-bas’’

Africa-Press – Guinée. Dans le cadre du procès du 28 septembre, l’ancien haut commandant de la gendarmerie nationale était à la barre ce mercredi en qualité de témoin. Le général à la retraite Ibrahima Baldé a donné sa version sur le camp de Kaleya, présumé bastion des auteurs du massacre.

Devant le tribunal de première instance de Dixinn, le général Ibrahima Baldé a fait remarquer ‘Kaléya était une cité de réfugiés léonais pendant toute la guerre. Toute la bande de la Sierra Léone en contact avec la Guinée, c’est là-bas où on venait se regrouper officiellement. C’est connu par le HCR. A un moment donné, ces gens ont progressivement libéré les lieux’’.

Et de poursuivre : ‘’Je crois que c’est au moment où le Premier ministre Kouyaté est venu, parce que je n’étais pas là, j’étais aux Nations Unies en Haïti qu’il a été décidé de recruter des jeunes gendarmes parce que le corps était vieillissant et risquait de sombrer. Donc on a fait un recrutement. L’école de Sonfonia, c’est connu de tout le monde. La deuxième école devait être Kaleya. Le général Lansana Conté, à travers son directeur de cabinet, a pris un arrêté pour dire que désormais, Kaleya revient dans le portefeuille de la gendarmerie’’.

‘’Lorsque je suis arrivé en tant que chef d’état-major de la gendarmerie nationale, j’ai trouvé que les élèves de 2008 étaient encore là. J’ai fait une doléance auprès des autorités de l’époque pour dire que je n’ai plus besoin de ceux-là, il y a des formations continues qu’on va leur donner plus tard, mais j’ai incessamment besoin de mettre 10 escadrons en place pour que je vide le centre. Et j’ai vidé le centre’’, souligne-t-il.

Il rajoute que ‘’quelques temps après, ce sont les autorités militaires qui ont pris Kaleya. J’ai pu retrouver Kaleya que lors que nous avons mené les reformes en 2011 et à ma demande, Me Kabèlè Camara est allé voir le président et ils ont libéré le camp. Sinon, c’était dans les mains des militaires’’, ajoute-t-il.

Aux dires de l’ancien haut commandant de la gendarmerie, ‘’on a voulu réorganiser parce que c’est là-bas qu’on forme des gendarmes pour le maintien d’ordre, on a commencé à organiser. Entre-temps, on nous a dit que des gens sont venus là-bas, quand j’ai demandé au CEMGA, on m’a dit de ne pas mettre les pieds là-bas. Depuis lors, je n’en ai plus parlé. Même quand ils ont vidé le centre, tout le monde peut vous le dire, le général Nouhou Thiam, à l’époque chef d’état-major général des armées après avoir remplacé le général Sanoh, a dit que Kaleya ne revient plus à la gendarmerie. C’est lorsque les reformes réelles ont commencé en 2011 qu’on a repris Kaleya. Et aujourd’hui, c’est une propriété de la gendarmerie’’.

En 2008, souligne le général à la retraite, ‘’c’est la gendarmerie qui était à l’encadrement à Kaleya. Le directeur était gendarme, le directeur des études, le commandant de regroupement à l’interne, le commandant de peloton aussi. Cela a cessé lorsque les militaires sont venus prendre les lieux. J’ai dit à chacun de regagner son unité’’.

Boussouriou Doumba

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinée, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here