L’UFDG à la junte : ‘’C’est possible d’organiser les élections d’ici la fin de l’année 2024’’

1
L’UFDG à la junte : ‘’C’est possible d’organiser les élections d’ici la fin de l’année 2024’’
L’UFDG à la junte : ‘’C’est possible d’organiser les élections d’ici la fin de l’année 2024’’

Africa-Press – Guinée. Le vice-président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) pense qu’il est tout à fait possible d’organiser les élections pour un retour à l’ordre constitutionnel au plus tard le 31 décembre 2024. Fodé Oussou Fofana demande aux autorités de renoncer au Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) ainsi qu’au Recensement administratif à vocation d’état civil (RAVEC).

‘’Pour nous, il y a une possibilité d’organiser les élections conforment à l’accord avec la CEDEAO’’, persiste et signe le vice-président de l’UFDG qui n’est pas à sa première sortie médiatique sur le sujet.

Pour Fodé Oussou Fofana, la jute doit accepter de ‘’mettre en place un organe indépendant de gestion des élections, faire le toilettage et la soumission au référendum de la constitution de 2010 qui assure la séparation et l’équilibre des pouvoirs pour limiter les mandats’’.

Il fait remarquer que ‘’le fichier électoral existe déjà, le matériel électoral aussi. On avait révisé le fichier en 2020 pour éliminer les doublons. Si on veut organiser les élections, ce n’est pas compliqué. Il faut faire la révision de la loi électorale’’.

‘’Est-ce qu’il est compliqué de recruter rapidement un opérateur technique pour réviser le fichier électoral ?’’, demande-t-il à la junte, tout en soulignant qu’au ‘’lieu de faire cela rapidement, on nous parle de RAVEC, de RGPH. C’est comme si la transition n’est pas faite pour le retour à l’ordre constitutionnel’’.

Le vice-président de l’UFDG note un manque de volonté des autorités d’aller vers un retour rapide à l’ordre constitutionnel. ‘’Ils nous disent: ‘Non, nous allons faire une constitution qui va résister pendant 60 ans’. On ne vous a pas demandé cela’’, lâche-t-il.

Ajoutant que ‘’tout ce qu’on vous demande, c’est d’organiser les élections pour le retour à l’ordre constitutionnel, rien d’autre. Si on veut respecter le délai, c’est possible d’organiser les élections d’ici la fin de l’année 2024. Il suffit d’en avoir la volonté’’.

Il réclame un dialogue franc et sincère entre le CNRD et les forces politiques, sous l’égide des partenaires techniques et financiers, pour discuter des voies et moyens de sortir de la transition.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinée, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here