Procès du 28 septembre : Maître Salifou Béavogui plaide pour l’acquittement de Ibrahima Camara dit Kalonzo

1
Procès du 28 septembre : Maître Salifou Béavogui plaide pour l’acquittement de Ibrahima Camara dit Kalonzo
Procès du 28 septembre : Maître Salifou Béavogui plaide pour l’acquittement de Ibrahima Camara dit Kalonzo

Africa-Press – Guinée. Après le conseil du colonel Abdoulaye Chérif Diaby, c’est celui des gendarmes Ibrahima Camara alias Kolonzo et Mamadou Aliou Keita qui enchaine avec ses plaidoiries. Maître Salifou Béavogui a plaidé pour l’acquittement pur et simple de son client détenu à la maison depuis la veille du début du procès.

En entamant son intervention, Maître Salifou Béavogui a rejeté toutes les accusations portées à l’encontre de son client qui, à l’en croire, était en prison au moment des douloureux évènements du 28 septembre.

‘’Je ne sais pas ce qu’on veut de mon client finalement’’, s’étonne l’homme droit qui prévient que ‘’ça ne marchera pas. Le parquet ne pourra pas, parce que c’est le droit qui sera dit dans cette salle d’audience’’.

Le conseil de Ibrahima Camara alias Kolonzo accorde une totale confiance au tribunal pour dire le droit. ‘’Vous êtes sur la trace de vos prédécesseurs. J e me rappelle du président Fodé Bangoura qui est aujourd’hui président de la Cour d’appel quand il a libéré plus de 41 accusés. Cela a fait mal au pouvoir. Aujourd’hui c’est lui qui est à la cour suprême. Dans la vie, tout n’est pas une fin en soi M. le président. Il ne faut pas accepter de sacrifier la vie de tout ce beau monde là’’, indique Me Béavogui au juge Ibrahima Sory 2 Tounkara.

Il dit avoir à moult reprises apporté la preuve irréfutable que le colonel Kalonzo Camara n’était pas au stade de Conakry le 28 septembre 2009 et qu’il était en détention. ‘’Le colonel Gabriel l’a reconnu. Dès lors que la preuve est rapportée qu’il était détenu au PM3 du 3 août au 6 novembre 2009’’.

Maître Salifou Béavogui rappelle que ‘’dès que l’acte d’huissier est versé au dossier de la procédure, en matière pénale, la preuve peut être rapportée par tous les moyens, mais laissée à la libre appréciation d’un juge. Dès lors que le dénonciateur qui est en train de vivre la belle vie ailleurs est venu renoncer ici, sur le bénéfice de tout ce qui précède, M. le président, je vous prie très respectueusement de faire application de l’article 442 du code de procédure pénale (…)’’.

L’homme en robe noire cite par ailleurs l’article 544 du code procédure pénale qui dispose que ‘’si le tribunal estime que le fait poursuivi ne constitue aucune infraction à la loi pénale ou que le fait n’est pas imputable, ou qu’il n’est pas établi ou imputable au prévenu, il renvoie celui-ci des fins de la poursuite. La partie civile, dans le cas d’une relaxe, peut demander réparation résultant de la faute du prévenu (…)’’.

Ce qui amène le conseil de Ibrahima Camara dit Kalonzo a demandé au juge Tounkara d’acquitter son client ‘’purement et simplement des faits mis à sa charge’’.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinée, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here