Baccalauréat 2022 : malgré la rigueur des surveillants, l’espoir est de mise à Dixinn Centre 1

6
Baccalauréat 2022 : malgré la rigueur des surveillants, l’espoir est de mise à Dixinn Centre 1
Baccalauréat 2022 : malgré la rigueur des surveillants, l’espoir est de mise à Dixinn Centre 1

Africa-Press – Guinée. Les examens scolaires de la session 2022 ont pris fin en Guinée par le baccalauréat unique mardi dernier, 21 juin. Des candidats très enthousiastes, contents du déroulement des évaluations, ont donné leurs impressions au micro des reporters de Guineematin.com à leur sortie de l’école primaire de Dixinn Centre 1.

Les examens nationaux de cette année se sont bien passés à travers le pays même si des cas d’éliminations de candidats et de poursuites judiciaires contre certains ont été enregistrés.

A Dixinn Centre 1, dans la capitale guinéenne, ce sont des candidats joyeux qui ont exprimé leur joie et leur espoir par rapport au baccalauréat. Ils ont toutefois alerté sur la rigueur des surveillants, intraitables lors des évaluations.

Mamadou Bobo Barry, candidat du Lycée Moderne de Dixinn : « le bac s’est très bien passé parce que les épreuves n’étaient pas difficiles, surtout la Géographie et la Philosophie, j’ai bien travaillé. Je n’ai eu aucune difficulté parce que j’ai bien travaillé et je sais que ce que j’ai fait est exact. Je suis très content aujourd’hui parce que je sais que je vais avoir mon bac pour aller à l’université l’année prochaine. Donc, je me prépare pour cela », a laissé entendre le candidat des Sciences Sociales.

Hadiatoulaye Diallo, candidat de l’école Wodya Bérété, a également abondé dans le même sens, indiquant que les épreuves étaient faciles. « On n’espérait pas mieux. Ça a été très bien même. Les épreuves n’étaient pas tellement difficiles parce qu’on a déjà vu ça en classe. Les surveillants ont été corrects avec nous et il n’y avait rien à dire. Donc, chacun a fait ce qu’il savait », a-t-elle dit, sourires aux lèvres.

Pour sa part, Malon Kéita, candidate de l’école Pépinière Bikaz, a dit que les surveillants ont fait preuve d’une grande rigueur. « La surveillance était bien. Ils ne laissaient même pas les gens communiquer. Sur ce plan c’était dur, mais les sujets étaient abordables, faciles, parce que c’était sur la Guinée et l’actualité. Je pense que je vais avoir le bac », espère-t-elle.

Même son de cloche chez Bachir Camara : « pour moi, ça s’est bien passé parce que j’ai fait de mon mieux. La surveillance était sévère, mais on s’en est sorti quand même », a indiqué ce candidat du Lycée Moderne de Dixinn.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinée, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here