Deuxieme année d’une transition boiteuse (opinion)

4
Deuxieme année d’une transition boiteuse (opinion)
Deuxieme année d’une transition boiteuse (opinion)

Africa-Press – Guinée. Déja deux ans de la prise du pouvoir par le CNRD, la Guinée est dans l’incertitude de voir s’ecrire un autre chapitre ou un nouvel épisode de son parcours mitigé.

Le chemin parait encore long et laborieux. La destination ne se dessine pas et la visibilité ne se definie pas non plus, à cause d’un manque apparent de sincerité, d’engagement et de volonté à tous les niveaux pour arriver à bon port.

Refusant de tirer les leçons du passé, nous nous retrouvons toujours devant les mêmes faits et actions qui empechent le pays à sortir de l’ornière.

Les hypocrites combines politiques, les roublardises toxiques, les luttes de clans et les egoismes chroniques qui caracterisent d’un coté, les acteurs socio-politiques et de l’autre, la junte apparaissent et constituent de veritables obstacles à la réussite de la transition en cours.

Nous ne constatons aucun progres significatif indiquant que la Guinée est sur la bonne voie d’être une Republique normale, une nation régie et gerée selon les valeurs et principes d’une democratie saine, découlant des aspirations legitimes du peuple.

Le CRND qui reclame une ‘’rançon’’ de 600 millions de dollars pour remettre la Guinée sur les rails de la legalité politico constitutionelle, amuse la galerie et focalise l’opinion sur de petites reformes et réalisations trompe l’œil pour endormir le peuple. Elle tente de faire croire que la réfondation passe par des nominations abusives, tout azimut, de bitumages de quelques tronçons de routes ou la pose de premieres pierres de la construction de ceci ou de cela.

En effet, les dirigeants actuels foulent déliberement au sol la charte de la transition sur laquelle Ils ont tous prête serment, choisissant de profiter des privileges de leur ascension autour de la nouvelle mangeoire.

Pendant ce temps, la lente descente aux enfers continue pour la Guinée devant l’imposture, la décheance et l’illegitimité.

Sachons que notre pays ne sortira pas de l’ornière en continuant à croire aveuglement aux promesses falacieuses des assoiffés de pouvoir.

Comme le dit l’adage : « Celui qui sème le vent, recolte la tempête ».

Almamy Kemo

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinée, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here