Forte pluie à Conakry : les difficultés des pêcheurs artisanaux

8
Forte pluie à Conakry : les difficultés des pêcheurs artisanaux
Forte pluie à Conakry : les difficultés des pêcheurs artisanaux

Africa-PressGuinée. L’hivernage est apparemment une période de vache maigre pour les pêcheurs artisanaux de Conakry. En tout cas, ces gens qui vont quotidiennement en haute mer à la recherche de poisson pour ravitailler les marchés de la capitale guinéenne sont actuellement confrontés à d’énormes difficultés. La forte pluie qui s’abat sur Conakry et le vent qui souffle actuellement en mer rendent à la difficile et dangereux le travail des pêcheurs.

Au débarcadère du port3 de Dixinn, on décrie une « période compliqué ». Et, les sorties pour la mer y ont déjà été limitées par les responsables dudit port. La mesure vise à préserver la vie des pêcheurs, d’autant plus qu’il est impossible de les empêcher d’emprunter la mer à bord de leurs pirogues.

« La mer est dangereuse actuellement, parce qu’il pleut beaucoup et il y a du vent. Nous vivons donc une période compliqué. Alors, nous limitons les sorties en mer des pêcheurs et nous donnons des gilets de sauvetage à ceux qui partent, puisque c’est tout ce qu’on peut faire. Nous manquons de moyens ici pour bien faire le travail. Les filets, par exemple, nous les achetons au marché Madina à un prix cher, alors que le gouvernement aurait pu nous en revendre à un prix raisonnable. Il y a aussi l’état de nos bateaux, mais l’État ne nous aide pas », a indiqué Alseny camara, chef adjoint de Dixinn port 3.

Avec ces conditions météorologiques éprouvantes, les petites embarcations n’osent pas s’aventurer en haute mer. La mer est très agitée et s’y aventurer serait un suicide. Et, ne pas y aller joue considérablement sur leur capacité à attraper du poisson.

« En cette période nous souffrons beaucoup ; car, nous sommes confrontés aux grandes pluies, au vent, mais aussi des vagues en mer qui ne nous permettent pas de travailler. Nous ne pouvons presque plus aller à la pêche, puisque les petites embarcations ne peuvent pas s’y aventurer dans les conditions actuelles. Et, même avec ces quelques grandes barques, nous prenons de gros risques ; parce que les accidents sont fréquents pendant la période pluvieuse avec une mer agitée. Et, c’est comme ça jusqu’à fin septembre. Nous n’arrivons plus à avoir du poisson, ce qui veut dire qu’on n’a plus d’argent. Ceux qui ont des petites économies sont en train de les épuiser et les autres s’endettent pour vivre et faire vivre leurs familles », a dit le pêcheur Malick Camara d’un air dépité. A noter que les risques de destructions des embarcations (par les vagues) et de noyade en mer sont très élevés en saison pluvieuse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here