Inondations à Sangaréyah (Pita) : SOS pour le village de Kamba Lâbha, encerclé par les eaux de Souapiti

5
Inondations à Sangaréyah (Pita) : SOS pour le village de Kamba Lâbha, encerclé par les eaux de Souapiti
Inondations à Sangaréyah (Pita) : SOS pour le village de Kamba Lâbha, encerclé par les eaux de Souapiti

Africa-Press – Guinée. Les habitants du village de Kamba Lâbha, dans le secteur Féréya, relevant du district de Fonfo (CR de Sangaréyah), à 168 km de la préfecture de Pita, sont préoccupés par la montée des eaux du lac du barrage hydroélectrique de Souapiti. En plus du risque d’enclavement, les populations sont sous la menace d’animaux sauvages sortis des cours d’eau. Alors que les autorités ne font rien pour les sortir de cette situation, elles se plaignent et interpellent.

La montée des eaux du barrage hydroélectrique de Souapiti, avec les risques d’enclavement et la présence d’animaux aquatiques agressifs, est une source d’inquiétude pour les populations de cette localité à vocation agropastorale.

Thierno Amadou Yéro Barry, cultivateur domicilié à Kamba Lâbha, a dévoilé les risques auxquels ils sont confrontés. « Depuis la création de notre village, tous les travaux champêtres se faisaient ici. La pratique de l’élevage, c’est ici également. Maintenant, l’eau est venue nous encercler. On n’a pas où drainer nos troupeaux, les enfants n’ont pas où aller. Tu n’oses pas faire une commission à un enfant suite à l’envahissement de notre localité par les eaux. Après le crépuscule, personne n’ose se coucher à plus forte raison dormir. Tout le monde est dans la panique. Nous avons peur d’être agressé par les animaux sauvages la nuit. Nous sommes entourés par trois rivières qui ont complètement disparu. Nous n’avons pas où puiser de l’eau, excepté un petit trou qu’on a creusé. On n’a pas de routes aussi. Mais actuellement, ce n’est pas l’affaire de route qui nous intéresse. Nous voulons quitter ici. Avant, on quittait ici pour aller à Monoma, à Télimélé, à Kindia, mais tout ça a fermé. Même pour rallier le chef-lieu de notre district, on n’a pas de route. Nous traversons des basfonds pleins de raphia. Et partout où nous nous frayons un chemin pour traverser, le lendemain on retrouve l’envahissement des eaux. Nos élèves qui sont là n’étudient pas actuellement. Mais, on se demande comment ils vont reprendre les cours car tous les passages sont bloqués. Nous avons un seul et unique passage pour sortir de notre village. Et cela aussi, c’est la rivière de Wansan. S’il y a la pluie, personne ne traverse. Nous demandons à la direction générale du projet Souapiti et au gouvernement de la transition de nous aider pour quitter ici, pour qu’on soit recasé ailleurs », a plaidé ce cultivateur.

Les habitants de ce grand village craignent l’agression de toutes sortes d’animaux. Ibrahima Maliya Barry, domicilié à Kamba, victime d’une agression d’un crocodile, interpelle les autorités. « Nous avons des inquiétudes par rapport à la montée des eaux venant du barrage. Des vagues d’eau viennent avec des animaux parce que nous voyons des crocodiles, des hippopotames et autres. Nos animaux domestiques sont souvent agressés au bord de l’eau. Nous n’avons pas d’eau potable. Nous sommes obligés de chercher de l’eau minérale. L’eau provenant du fleuve dégage une mauvaise odeur. Elle est imbuvable. Les moustiques aussi nous fatiguent en longueur de journée. Les sangsues sus sont visibles partout dans les eaux. Les enfants qui fréquentent les bordures de l’eau poussent des cris en voyant des animaux étranges. Personnellement, lorsque je suis allé un jour pour me laver, j’ai vu soudainement un crocodile qui a tenté de m’agresser. Je lui ai tiré dessus à l’aide d’un mon fusil local pour me défendre. Si les femmes vont à la rivière pour faire le linge, elles voient les crocodiles à distance. Nous sommes souvent victimes de tentatives d’attaques par les animaux. Il faut que l’État nous assiste pour trouver une autre habitation », a dit Ibrahima Maliya Barry.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinée, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here